×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Afrique du Nord: Léger recul de la croissance en 2007

Par L'Economiste | Edition N°:2748 Le 03/04/2008 | Partager

. Plus forte croissance au Soudan (11%)LE taux de croissance dans la région de l’Afrique du Nord a accusé un léger fléchissement en 2007 se situant ainsi à 5,9% contre 6,1% une année auparavant, constate le rapport économique sur l’Afrique 2008.Le rapport, présenté mardi 1er avril, lors de la conférence des ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique, qui se tient à Addis-Abeba, souligne que «bien que la croissance ait connu un léger recul en Afrique du Nord, elle était supérieure aux chiffres de 2006 obtenus dans toutes les autres régions du continent africain, ce qui indique qu’elle est largement répartie».Comme les années précédentes, la croissance est restée forte dans cette région grâce à l’accroissement de la production de pétrole et de gaz et aux cours élevés du pétrole, relève le rapport, ajoutant que d’autres facteurs ont stimulé la croissance, tels que l’augmentation des flux d’investissements étrangers directs (notamment vers le Soudan) et de l’investissement public (en Algérie et en Libye).En 2007, c’est le Soudan qui a enregistré le plus fort taux de croissance (11%), suivi par l’Egypte (7%) et la Tunisie (6%), fait savoir le document, précisant que la croissance économique en Egypte a été soutenue par les réformes économiques, qui ont stimulé l’investissement intérieur, et par la reprise de l’activité du secteur du tourisme, tandis qu’en Tunisie, elle a été favorisée par l’expansion de l’industrie et du secteur des services, ce qui a contribué à accélérer la diversification économique.Au Maroc, la croissance du PIB réel a connu un net recul passant de 7,9% en 2006 à 3% en 2007, en raison des conditions météorologiques défavorables et à la baisse de la production agricole, note le rapport.En Mauritanie, la croissance du PIB réel est passée de 11,4% en 2006 à 1% en 2007, en raison de la diminution de la production pétrolière due à des problèmes techniques sur le gisement de Chinguetti.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc