×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Afghanistan: Les premiers renforts US arrivent

Par L'Economiste | Edition N°:3170 Le 15/12/2009 | Partager

. L’insurrection est devenue plus violente, selon le chef d’état-major américain. Mission beaucoup plus difficileLES premiers des 30.000 soldats envoyés en renfort en Afghanistan par le président Barack Obama arriveront cette semaine pour combattre une insurrection de plus en plus liée à Al-Qaïda, a annoncé hier lundi le chef d’état-major interarmées des Etats-Unis, Michael Mullen. «Des Marines de Camp Lejeune arriveront cette semaine», a déclaré à la presse l’amiral Michael Mullen, le plus haut gradé de l’armée américaine, en visite à Kaboul.Située en Caroline du Nord (sud-est), Camp Lejeune est la plus importante base du corps des Marines. Un contingent de 1.500 Marines doit être déployé dans la province du Helmand, bastion des talibans dans le sud afghan.Le président américain avait annoncé le 1er décembre l’envoi de 30.000 soldats américains en renfort des plus de 113.000 militaires des forces internationales déjà présents en Afghanistan, afin de tenter d’endiguer l’insurrection des talibans, qui gagne du terrain et en intensité.Avec ce «surge» (envoi rapide de renforts), les forces américaines, qui constituent près de 70% des forces internationales déployées dans le pays, dépasseront les 100.000 soldats.«L’insurrection est devenue plus violente, plus étendue, plus sophistiquée. Ils (les talibans) sont devenus beaucoup plus efficaces», a rappelé l’amiral Mullen, alors que deux attaques, hier lundi, ont coûté la vie à 16 policiers afghans dans le nord et le sud du pays. «Je reste très préoccupé par le niveau croissant de collusion entre les talibans afghans et Al-Qaïda et d’autres groupes extrémistes qui ont trouvé refuge à la frontière du Pakistan», a souligné Mullen en référence aux zones tribales du nord-ouest pakistanais. «Ce sera une mission beaucoup plus difficile qu’elle ne l’était il y a un an» pour les soldats américains, a prévenu le haut responsable militaire. «J’ai dit à nos troupes de se préparer à plus de combats et à plus de pertes».L’amiral Mullen s’est entretenu avec le ministre afghan de la Défense, Abdul Rahim Wardak, pour évoquer notamment le niveau de préparation des forces afghanes de sécurité, un élément clef de la nouvelle stratégie militaire américaine mais également un sujet d’inquiétude à Washington.Après Kaboul, où il devait rencontrer hier dans la soirée le président afghan Hamid Karzaï, l’amiral Mullen doit se rendre à Islamabad pour des entretiens avec son homologue pakistanais, le général Ashfaq Kayani. L’Afghanistan est en proie à une insurrection meurtrière. L’année 2009 se révèle la plus meurtrière depuis la chute du régime taliban en 2001, aussi bien en ce qui concerne les victimes civiles que celles des forces afghanes et internationales.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc