×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Afghanistan: La polémique enfle à Washington

    Par L'Economiste | Edition N°:3330 Le 29/07/2010 | Partager

    . Après les fuites de 92.000 documents secrets. Doutes sur la stratégie d’Obama LES critiques de la guerre en Afghanistan se sont amplifiées à Washington après les révélations massives de documents secrets par le site WikiLeaks, qui jettent davantage le doute sur la stratégie de Barack Obama dans ce conflit impopulaire. «Réveille-toi Amérique. La publication par WikiLeaks des documents secrets nous donne 92.000 raisons de mettre fin à la guerre», a lancé mardi dernier à la Chambre des représentants le représentant démocrate de gauche, Dennis Kucinich, l’un des plus farouches opposants au conflit afghan. Kucinich faisait référence aux quelque 92.0000 documents confidentiels révélés lundi dernier, dont certains dénonçant le soutien présumé du Pakistan aux insurgés afghans.En outre, mardi dernier, une résolution pour le retrait des troupes américaines du Pakistan présentée par Kucinich, avec l’élu républicain libertaire Ron Paul, a été rejetée par la Chambre des représentants par 38 voix contre 372. Malgré cette défaite, les deux hommes ont pu faire entendre leurs arguments sur le volet pakistanais du conflit afghan.Habitués de la contestation anti-gouvernementale, ils se fondent sur un texte de 1973, adopté après la guerre du Vietnam, qui donne au Congrès, seul, le pouvoir d’autoriser des conflits. Ces critiques n’ont toutefois pas empêché la Chambre des représentants de débloquer près de 60 milliards de dollars (512,4 milliards de DH) pour le financement du conflit afghan et l’envoi des 30.000 soldats supplémentaires annoncés par le président Obama en décembre.Mais au passage, les démocrates ont perdu le soutien de Dave Obey, le président de la puissante commission chargée de répartir les fonds fédéraux. «Le gouvernement afghan n’a pas fait preuve de la détermination, de la fiabilité et de la capacité de jugement nécessaires pour parvenir à une conclusion heureuse», a-t-il dit.Les partisans de la guerre en Afghanistan appellent de leur côté à un financement sans délai des opérations de guerre. «Couper les vivres au milieu de ce combat équivaut à un abandon», a dit le républicain Howard «Buck» McKeon.Mais McKeon a toutefois critiqué la stratégie d’Obama qui prévoit un début de retrait américain en juillet 2011. Pour lui, cette date «ne peut être dictée arbitrairement à Washington», mais elle doit suivre l’évolution des opérations sur le terrain.L’ex-ambassadeur américain en Irak, Ryan Crocker, s’est inquiété mardi dernier au Sénat de cette même date. Crocker craint que les talibans puissent voir cette date comme celle «à laquelle ils doivent s’accrocher», avant que les choses ne s’améliorent pour eux.M.Az

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc