×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Affaire Rosamor
Quatre ans de prison ferme pour le patron

Par L'Economiste | Edition N°:2803 Le 20/06/2008 | Partager

. Deux ans pour le fils et quatre pour l’ouvrier. Peines jugées insuffisantes par les familles des victimesLe verdict est tombé dans l’affaire Rosamor, l’incendie meurtrier qui a coûté la vie à 55 morts en avril dernier (cf.www.leconomiste.com). Le tribunal de première instance de Casablanca a condamné dans la nuit de mercredi à jeudi à des peines allant de deux à quatre ans de prison ferme les trois accusés: le patron de l’usine, son fils et un ouvrier.Dans le détail, le père écope de quatre ans de prison ferme assortis de 1.000 DH d’amende.Son fils, en même temps gérant de la société, a été condamné à deux ans de prison ferme et à 1.000 DH d’amende.L’ouvrier, qui a avoué avoir involontairement déclenché le feu en jetant un mégot, écope de quatre ans de prison ferme assortis de 1.000 DH d’amende également.Les familles des victimes jugent ces peines très insuffisantes. «C’est vraiment trop peu», affirme Abdellatif, l’un des rescapés du drame Rosamor.«On voudrait surtout comprendre pourquoi aucun des cadres n’est mort!», lâche cette femme dont le mari a succombé sous les flammes. Les proches des victimes accusent le management de l’entreprise d’avoir privilégié le sauvetage des marchandises à celui des vies humaines».Le jugement du tribunal va à l’encontre de ces affirmations en acquittant le propriétaire de la société du chef d’inculpation de non-assistance à personne en danger.Le parquet général avait expliqué que «le grand nombre de victimes de ce sinistre s’explique par un ensemble de violations des dispositions des codes du travail et de l’urbanisme, dont sont responsables le père et le fils, respectivement propriétaire et gérant de Rosamor».Pour Me Saïd Benhammani, coordonnateur du comité national de solidarité avec les victimes, «le jugement a été attendu quelque part. Nous allons très probablement faire appel. Notre décision sera définitivement arrêtée dans les deux jours qui suivent». En revanche, Benhammani juge «surprenante» la décision du tribunal «de ne pas statuer sur la plainte civile jusqu’à ce que la procédure des accidents de travail soit achevée». La plainte civile est déposée au nom des familles des victimes et au nom de l’Association marocaine des droits de l’Homme qui s’est constituée partie civile dans cette affaire.Les choix qui s’offrent à la défense sont l’attente effective de la procédure relative aux accidents de travail ou de faire appel. «Lors de la première séance, tenue le 12 mai, la compagnie d’assurance a fait des propositions qui sont loin de réparer les préjudices subis par les victimes et leurs familles», affirme Benhammani.Et même avec des propositions plus sérieuses, «celles-ci risquent d’être toujours insuffisantes étant plafonnées par un barème fixé par un dahir datant de 1956», explique l’avocat.En conséquence, les familles et leur défense seraient vraisemblablement amenées à faire appel en essayant de casser le rapport établi par le tribunal entre la plainte civile et la procédure de réparation des accidents de travail. En attendant, le chagrin des familles est toujours aussi grand.Nabil TAOUFIK

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc