×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Affaire Palais des Roses
Les fournisseurs piégés

Par L'Economiste | Edition N°:2171 Le 14/12/2005 | Partager

. L’hôtel est en redressement judiciaire  . Ce qui complique la position des fournisseurs par rapport à d’autres créanciers. Ces derniers passent avant, en cas de liquidation L’hôtel “Palais des Roses International” risque la liquidation judiciaire. Le tribunal de commerce d’Agadir a ordonné, le 29 novembre dernier, la mise sous redressement judiciaire de cet établissement. Ses dettes sont estimées à près de 330 millions de DH, dont près de 70 millions envers les fournisseurs. Et ce sont, justement, ces derniers qui avaient, l’année dernière, réclamé la liquidation judiciaire. “Après l’annonce de la vente de l’hôtel par le groupe Dallah El Baraka (ndlr: l’actionnaire majoritaire de l’établissement), j’ai introduit une demande de liquidation auprès du tribunal de commerce, mais j’ai dû la retirer après, parce que les avocats du Palais des Roses avaient donné des garanties de paiement”, explique Ali Kettani, avocat des fournisseurs. Après ce retrait, le Palais des Roses avait procédé à une augmentation de capital de 70 millions de DH pour payer les fournisseurs, mais c’était peine perdue, puisque la somme avait été placée dans un compte qui a ensuite été saisi par Azzedine Lakhouaja, actionnaire minoritaire de l’unité hôtelière. Mécontent de cette augmentation de capital qu’il juge frauduleuse, Lakhouaja exige de se faire payer en premier, laissant les fournisseurs en désarroi. Ces derniers voient encore une fois leur rêve d’être remboursés s’évaporer. Quelques mois après le retrait de la demande de liquidation judiciaire, le parquet décide de doter cette demande de l’action publique et réclame au tribunal de commerce un redressement judiciaire. L’énoncé du jugement, dont L’Economiste détient copie, désigne Moubarak Zaâkoune en tant que syndic et fixe une première traite à 120.000 DH à déposer au tribunal. Un échéancier sera établi incessamment par le syndic pour rembourser les créanciers. Avec cette mise en redressement judiciaire, les fournisseurs, qui constituent les premiers perdants de la bataille judiciaire opposant les deux actionnaires, se disent lésés. “Cette procédure ne nous est pas du tout favorable puisqu’en cas de liquidation judiciaire, ce qui arrivera probablement, nous ne serons remboursés qu’après les créanciers hypothécaires que sont les banques, le Trésor public et les salariés”, déplore Kettani. A signaler que le prix de l’établissement hôtelier est estimé à environ 600 millions de DH, alors que la mise à prix commençait seulement à 300 millions de DH, lorsque la vente aux enchères avait été décidée en janvier dernier.


Une dizaine de litiges

L’hôtel “Palais des Roses” est en proie à une dizaine de litiges commerciaux qui pendent devant les tribunaux de Marrakech et Agadir depuis plusieurs années. La justice traite des dossiers opposant les deux actionnaires, Azzedine Lakhouaja et le groupe Saoudien Dallah El Baraka, d’une part, et un contentieux opposant la société “Palais des Roses International” à ses créanciers et fournisseurs, d’autre part. Mais ce n’est qu’en 2005 que l’affaire passe au pénal avec l’arrestation d’Azzedine Lakhouaja en septembre de la même année. Lakhouaja sera relaxé après paiement d’une caution de 10.000 DH. Le juge d’instruction près le TPI d’Agadir, Saïd Bouhadou, enquête actuellement sur cette tumultueuse affaire. Lakhouaja doit répondre à des accusations de “mauvaise foi dans la gestion de biens sociaux” et “abus de confiance” (articles 523-547 et 549 du code pénal).Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc