×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Affaire Moulins de Berrechid
Fahid refuse de retirer sa plainte

Par L'Economiste | Edition N°:1984 Le 23/03/2005 | Partager

. Il a été rétabli dans son droit d’utiliser un chéquier. Reste l’exécution de la saisie conservatoire prononcée en sa faveur L’affaire Hamid Fahid semble s’acheminer vers le dénouement. Le Tribunal de commerce de Casablanca vient, en effet, de confirmer en appel le jugement prononcé en première instance en faveur de Fahid. Du coup, l’accusation d’émission d’un chèque sans provision tombe à l’eau. Hamid Fahid a été réhabilité dans son droit d’utiliser un chéquier. Seulement, Fahid veut aussi récupérer tout l’argent qu’il avait versé aux Moulins de Berrechid pour en devenir un associé. Une somme qui tourne autour de 8 millions de DH et qui allait lui permettre de détenir 50% de cette entreprise. Pour entrer dans son droit, Hamid Fahid, preuves à l’appui, s’est adressé à maintes reprises au ministre de la Justice en personne. Il a déposé plainte, le 2 avril 2004, contre un magistrat (M.M.) siégeant au Tribunal de première instance de Berrechid pour “exactions et abus de pouvoir”. Plainte à laquelle les services du ministre n’ont donné aucune suite. Aujourd’hui, il a adressé une lettre ouverte au ministre.“Je me trouve dans l’obligation de m’adresser à vous, Monsieur le ministre, par voie de presse, puisque toutes mes précédentes correspondances n’ont pas trouvé voie à votre personne”. C’est en ces termes, que Haj Hamid Fahid a commencé sa lettre ouverte au ministre de la Justice. Une lettre dans laquelle il attire l’attention du responsable du département de la justice sur les “nombreuses et différentes exactions et menaces” dont il fait l’objet de “la part du procureur du Tribunal de première instance de Berrechid et du juge d’instruction près le même tribunal.En effet, raconte Hamid Fahid, “j’ai peur aujourd’hui pour ma sécurité surtout qu’il a donné ses instructions pour qu’il soit procédé à mon arrestation dès que je me présente devant son bureau alors que je suis partie prenante dans le dossier qu’il est toujours en train d’instruire et dans lequel je suis, non pas l’accusé, mais la victime”. En fait, Hamid Fahid se demande aussi pourquoi le ministre de la Justice “n’a pas daigné répondre à ses lettres, requêtes et correspondances”. Depuis le commencement de son affaire, il n’a pas arrêté de battre la semelle entre les différentes instances judiciaires dans le seul but de réclamer son droit. Un droit qu’on lui refuse, dit-il. Et pourtant, ce sont d’autres magistrats qui se sont prononcés en sa faveur. En effet, un tribunal le rétablit dans son droit et prononce une saisie conservatoire en sa faveur contre les Moulins de Berrechid, mais les deux magistrats refusent d’exécuter les décisions de ce tribunal.Haj Hamid Fahid, qui en est à sa huitième correspondance, rien qu’au ministre de la Justice, n’arrive pas à comprendre ce qui se passe. Ni pourquoi la justice est empêchée de suivre son cours normal. Fort de son droit et du jugement du Tribunal de commerce de Casablanca, Hamid Fahid n’est pas prêt de baisser les bras. Il envisage notamment de s’adresser à “Diwane Al Madalim” et à toutes les instances de défense des droits de l’homme. En attendant, il en “appelle encore une fois au ministre de la Justice contre M.M, le magistrat du tribunal de Berrechid et aussi pour que suite soit donnée à la plainte déposée contre ce même magistrat”. L’Economiste a, d’ailleurs, essayé de contacter ce dernier. Mais en vain. Pas plus que le ministère de la Justice. Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc