Politique

Affaire Jamaâ El Moâtassim
Le maire de Salé entendu par la Justice

Par L'Economiste | Edition N°:3453 Le 26/01/2011 | Partager
Il doit m’expliquer sur l’affaire qui secoue la ville
Corruption, abus de pouvoir, détournement… 31 personnes devant la justice

Nouveau rebondissement dans l’affaire de Jamaâ El Moâtassim, membre de la direction du Parti de la justice et du développement (PJD) et premier vice-président du maire de Salé. Le maire, Noureddine Lazrak du RNI, doit se présenter aujourd’hui, mercredi, devant le procureur général à la cour d’appel de Rabat. Rappelons que 31 personnes sont poursuivies par la justice. Parmi elles, 15 sont écrouées à la prison locale de Salé dont Jamaâ El Moâtassim. Les chefs d’accusation sont: corruption, abus de pouvoir, détournement et dilapidation des deniers publics, falsification de documents officiels et administratifs et création de groupements d’habitats en violation des normes urbanistiques. Depuis le déclenchement de cette affaire, des rumeurs circulent quant à l’arrestation d’autres têtes, notamment le maire de la ville.
Bien que bénéficiant de l’immunité parlementaire, Noureddine Lazrak est amené à s’expliquer devant le procureur général sur les accusations portées contre lui. Les partis de l’opposition lui reprochent plusieurs irrégularités particulièrement dans le domaine de l’urbanisme. Des irrégularités commises notamment avec son adjoint, Jamâa El Moâtassim, également président de la commune de Tabriquet.
Après cette première audience, le procureur pourra adresser le dossier au juge d’instruction comme cela a été le cas pour El Moâtassim. Mais le maire de Salé reste confiant et optimiste. Il a évité de confirmer les rumeurs qui circulent sur d’éventuelles négociations avec les partis de l’opposition pour revoir la configuration du conseil de la ville. Et par conséquent mettre fin à sa coalition avec le PJD scellée à la veille de l’élection du bureau du conseil après les échéances communales de 2009. A ce propos, l’arrestation d’El Moâtassim, une grande figure du PJD à Salé, a soulevé la colère de la direction du parti islamiste. Les parlementaires et les sympathisants ont profité de toutes les occasions pour contester l’arrestation de l’adjoint du maire de Salé. Pour Abdelillah Benkirane, SG du PJD, ce procès s’inscrit dans le cadre d’une stratégie de déstabilisation de son parti par ses ennemis politiques. Le déclenchement de ce dossier fait suite à une plainte adressée, il y a une année, aux autorités par quatre élus appartenant aux partis de l’opposition au niveau du conseil de la ville.
Les personnes inculpées dans cette affaire devraient passer devant le juge d’instruction le 7 février.

Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc