×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Société

Affaire Hizb Attahrir
La Cour d’appel tranchera bientôt

Par L'Economiste | Edition N°:2496 Le 30/03/2007 | Partager

. Les 14 membres de ce groupuscule avaient adressé une lettre aux oulémas du Royaume . Ils leur réclamaient de se conformer aux préceptes de la Oumma IslamiaL’AFFAIRE du Hizb Attahrir Al Islami (Parti de la libération islamique) sera bientôt tranchée en appel. C’est ce qui ressort de l’audience qui a eu lieu lundi 26 mars à la Cour d’appel de Casablanca. Signalons d’abord que les membres de ce groupe n’ont pas été poursuivis dans le cadre de la loi antiterroriste. Leur cas est par conséquent traité par les tribunaux de Casablanca, chef-lieu du domicile de la majeure partie des membres de ce groupuscule. Rappelons que 14 personnes ont été arrêtées en septembre dernier et ont été poursuivies pour «réception de dons étrangers en vue de porter atteinte à l’ordre public et à l’Etat». Lors de l’audience du lundi, l’avocat de l’un des accusés s’est attelé à démontrer que «certains membres de ce groupe ont effectivement reçu 2.000 DH de la part de bienfaiteurs étrangers». Mais, poursuit la défense, «si l’on divise cette somme par le nombre des accusés, l’on se retrouverait avec 150 DH par personne. Est-ce que cette somme est suffisante pour troubler l’ordre public?» fait mine de s’interroger cet avocat. Pour répondre aux arguments de la défense, le ministère public s’est contenté de renvoyer toutes les parties au réquisitoire de la première instance. Une phase qui s’est soldée par la condamnation des 14 accusés à des peines variant entre 3 et 4 ans de prison ferme. Prévue pour le mercredi 4 avril, tout porte à croire que la prochaine audience sera la dernière dans ce dossier, avant verdict.Démantelé en septembre dernier, Hizb Attahrir Al Islami aurait été créé au Maroc durant les années 80. Ses membres se sont révélés aux autorités avec la publication l’année dernière, sur Internet, du «livre du Parti de Libération», version marocaine. Une publication adressée aux oulémas du Royaume pour leur exiger «de se conformer aux préceptes d’une Oumma Islamia». Ce mouvement aurait été introduit au pays par un Marocain, de nationalité anglaise et originaire de la ville de Tétouan. Lors de son séjour en Grande-Bretagne, ce MRE a rencontré l’un des grands chefs du mouvement. Séduit par ses principes, il commence à en parler au Maroc lors de ses vacances d’été. Une chose est sûre, aucune allusion au Jihad au Maroc ou ailleurs n’est faite ni sur le site officiel du «parti» (interdit d’accès depuis le démantèlement du groupuscule), ni dans les déclarations des membres lors de l’instruction. Pour l’heure, seule la Cour d’appel peut décider du sort des 14 membres qui sont incarcérés à la maison d’arrêt d’Oukacha depuis 6 mois.


Origines

HIZB Attahrir Al Islami a vu le jour en 1953 en Proche-Orient. Son fondateur, un cheikh jordanien, nommé Taqui Eddine Enabahani était un juge à la Cour d’appel d’Al Qods. Ce hizb a été créé dans l’optique de rétablir le califat, à l’exemple des quatre califes orthodoxes. Les fondateurs de ce «parti» exigent également un retour aux règles de la Chariaâ qui «doit être appliquée à la lettre et dans tous les pays musulmans».Naoufal BELGHAZI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc