×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Société

Affaire Guédira vs Marciano
Verdict attendu pour fin mars

Par L'Economiste | Edition N°:2475 Le 01/03/2007 | Partager

. Nouvelle plainte en citation directe contre MarcianoLes héritiers de feu Ahmed Réda Guédira, ex-conseiller royal, et Joseph Marciano, homme d’affaires, n’attendront plus longtemps. Le tribunal de première instance de Casablanca devrait trancher le litige qui oppose les deux parties concernant l’héritage de feu Guédira fin mars. «La Cour entrera en délibérations lors de l’audience du 19 mars. Elle devrait rendre son verdict quelques jours après», confie une source judiciaire. Les héritiers de Guédira accusent Marciano d’avoir mis la main sur une grosse partie des biens de leur défunt père (cf. www.leconomiste.com). Pour trancher cette affaire, Noureddine Kassine, président du pôle délictuel au TPI de la métropole, qui traite ce dossier, a ordonné une expertise technique pour déterminer si Marciano avait falsifié ou pas quelques documents relatifs à l’assemblée générale de la société Somsi. Celle-ci fait partie, avec trois autres sociétés, du patrimoine objet du litige. «L’expertise a bel et bien été réalisée. Elle a été mise à la disposition de la Cour», souligne la même source. Selon elle, la Cour comptait trancher l’affaire lors de l’audience du 5 mars, mais les héritiers de Guédira ont introduit une nouvelle plainte en citation directe contre Marciano pour mauvaise foi dans la gestion de fonds sociaux. C’est la raison pour laquelle, la Cour attendra jusqu’au 19 mars pour joindre les deux plaintes et entrer en délibération. S’il est jugé coupable, Marciano risque, outre la restitution des biens, objet du litige, et le paiement de dommages et intérêts, une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison. N. Be.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc