×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Affaire Bellirej: Les détenus politiques libres

Par L'Economiste | Edition N°:3509 Le 15/04/2011 | Partager
Grâce royale étendue à 190 prisonniers
Des membres de la Salafia Jihadia concernés
Liberté provisoire pour le groupe Tamek

Les 5 graciés de l’affaire Bellirej, Mustapha Moâtassim, Mohammed Marouani, Amine Regala , Ma-El Ainin El Abadela et Abdelhafid Sriti , à la sortie de la prison de Salé

Coup de théâtre: les cinq prisonniers dits «politiques», condamnés dans le sillage de l’affaire Bellirej, ont été libérés hier à la faveur d’une grâce royale. Il s’agit de Mustapha Moâtassim, secrétaire général du défunt Badil El Hadari, parti dissout par le Premier ministre Abbas El Fassi, Mohammed El Marouani, Mohammed Amine Regala, Ma-El Ainin El Abadela et Abdelhafid Sriti.
Abdelhafid El Idrissi, poursuivi dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, a été également libéré. Mohammed Sebbar, secrétaire général du Conseil national des droits de l’homme (CNDH) a confirmé l’accord de grâce à 14 membres de la Salafiya Jihadia dont Abdelkarim Chadli et Ahmed Fizazi.
Les détenus du groupe Tamek ont été mis en liberté provisoire. Il s’agit d’Ali Salem Tamek, Ibrahim Dahnane, Ahmed Naciri et Ahmed Mohammed Haddi, dénommé Al Kinane. Selon un communiqué du ministère de la Justice, cette libération s’inscrit dans le cadre de la grâce royale accordée au profit des détenus, en réponse à un mémorandum soumis au Souverain par le président et le secrétaire général du Conseil national des droits de l’homme (CNDH). Pour Driss El Yazami, cette journée est une date historique et un pas important dans le processus démocratique. «La décision de grâce s’inscrit dans le cadre des mesures prises en faveur de la détente politique et du renforcement du climat de confiance», a-t-il ajouté. D’ailleurs, plusieurs partis politiques ont réclamé la libération de ces prisonniers. L’idée est d’apaiser l’atmosphère politique chargée par des tensions sociopolitiques. Il est à rappeler que la décision porte sur: grâce sur le reliquat de la peine privative de liberté au profit de 96 détenus, commutation de la peine de mort en peine à temps au profit de 5 détenus. En outre, il a été décidé la substitution de la peine perpétuelle en peine à temps au profit de 37 détenus et la remise de la peine privative de liberté au profit de 52 détenus.
Les 5 graciés de l’affaire Bellirej ont été accueillis au sein du CNDH. Pour Mohammed Sebbar, cette décision montre la forte volonté du Souverain de promouvoir les droits de l’homme dans notre pays. Aussi permettra-t-elle de reconquérir la confiance des citoyens dans les institutions. «Cette libération est le fruit de grands efforts déployés par le conseil et d’autres instances. Elle s’inscrit dans le processus des réformes entamées par le Royaume».

S. Be.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc