×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    AFD: Le microcrédit, un axe stratégique

    Par L'Economiste | Edition N°:2561 Le 03/07/2007 | Partager

    . 100 millions de DH à Al Amana. Le directeur général en visite au Maroc. Santé: convention pour la mise en place d’un service de greffesL’Agence française de développement (AFD) fait partie de ceux qui ont confiance au Maroc. Elle lui a accordé des prêts de plus de 1,4 milliard d’euros. Jean-Michel Severino, son directeur général, est, depuis hier, au Maroc. Une visite qui doit s’achever le 5 juillet. Trois jours pour «constater sur le terrain l’évolution des actions de coopération menées entre l’AFD et sa filiale Proparco et le gouvernement et les entreprises marocaines».Des domaines d’intervention, il y en a beaucoup: mise à niveau des entreprises, eau potable et assainissement, électrification rurale, infrastructures, résorption de l’habitat insalubre, éducation, santé et énergies renouvelables.Cette visite sera également l’occasion de conclure plusieurs accords. L’agenda du directeur général est bien chargé. D’abord la mise en place d’un centre d’urgence et de greffes médicales est une première action. Elle fera l’objet d’une convention entre la banque publique française et le ministère de la Santé. Ensuite, le 3 juillet, il préside un panel de haut niveau organisé par la Banque africaine de développement. Le lendemain, Jean-Michel Severino fait le déplacement à la Casablanca. Il rend visite à M2M, le spécialiste de la monétique. Proparco, dont le directeur général Luc Rigouzzo est également en visite au Maroc, prendra part à une table ronde organisée dans les locaux de M2M. Ce sera l’occasion de débattre de l’apport des actions des fonds d’investissement et de la Bourse de Casablanca en faveur des sociétés marocaines. Le directeur de la Bourse sera parmi les intervenants.De retour à Rabat, le 5 juillet, les représentants de l’AFD signent un contrat de prêt de 100 millions de DH en faveur de Al Amana (association de microcrédit). Ce contrat fait partie des actions de l’Agence française destinées à la promotion de la microfinance au Maroc. L’objectif est le renforcement de la lutte contre la pauvreté. «C’est un axe stratégique majeur de l’intervention de l’AFD dans le pays», insiste Jean-Marc Liger, le représentant de Proparco au Maroc.Le 4 juillet, Severino donnera un point de presse à la Chambre de commerce française de Casablanca.Sous Chirac, Dominique de Villepin, alors Premier ministre, avait annoncé l’augmentation significative des engagements de l’AFD au Maroc. François Fillon entérine la démarche. La coopération franco-marocaine est marquée du sceau de la continuité: les têtes changent, pas les grandes orientations. Nabil TAOUFIK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc