×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Afak met l'accent sur le terrain pour sa seconde campagne

    Par L'Economiste | Edition N°:290 Le 24/07/1997 | Partager

    L'opération ville propre d'Afak a démarré avec plusieurs actions terrain et une deuxième cible à sensibiliser et impliquer: les communes. L'Association initie un nouveau partenariat, ONG-sponsors-communes.


    L'Association Afak récidive. Elle mène sa deuxième opération ville propre. Contraire-ment à l'année dernière où la campagne était axée sur la sensibilisation, cette année elle se veut plus terrain. «En 1996, Afak a d'abord cherché à alerter l'opinion publique», explique le Pr Abderrahim Harouchi, président de l'Association. «Du reste, la campagne a été couronnée par la Lettre du Souverain adressée au ministre de l'Etat à l'Intérieur, attirant son attention sur la dégradation de l'environnement», souligne-t-il.
    Entamée en juillet 1997, l'opération ville propre se poursuivra jusqu'à fin août. Ses objectifs: sensibiliser davantage la population sur la propreté, changer son comportement et l'inciter à prendre part à l'amélioration de son cadre de vie. De même, vaincre son indifférence à l'égard de la chose publique et rompre «le cercle vicieux du rejet de la responsabilité sur l'autre».
    «Evidemment, estime le Pr Harouchi, modifier les com-portements individuels nécessite des actions de longue haleine et un réel engagement des partenaires, médias et sponsors».

    300.000 DH


    C'est ainsi que l'Association a introduit un nouveau partenariat: communes-ONG-sponsors. «Les entreprises peuvent intervenir sur plusieurs actions pour la propreté, à l'instar de ce qui se passe dans d'autres pays. Il faudrait cependant que les communes collaborent et ne soient pas réticentes à cette forme de partenariat».
    Grâce au concours des sponsors Procter & Gambel (pour Monsieur Propre) et Coca-Cola qui ont financé la campagne à hauteur de 300.000 DH, des opérations terrain ont été entreprises. En tête de liste, «décrasser» les plages. Un professionnel du nettoyage «Egidia» assure la propreté durant les mois de juillet et d'août des plages de Sidi Abderrahmane et du Lido à Casablanca. Douze personnes sillonnent deux fois par jour les deux stations, entre 7 et 17 heures pour le ramassage des ordures. «Cette opération ponctuelle peut se développer dans d'autres villes. Il suffit d'un peu de bonne volonté», souligne le Pr Harouchi.
    Deuxième action terrain: équipement en corbeilles à papier de la Corniche casablancaise depuis l'Hôtel Riad Salam jusqu'à l'Hôtel Suisse. 50 poubelles de grande contenance (50 litres) sont installées depuis le début juillet et vont être remises officiellement à la commune d'Anfa ce jeudi. «Aujourd'hui, la Corniche est correctement équipée, la balle est donc dans le camp de la commune, pour le vidage et l'entretien».

    Micro-entreprises


    Outre ces opérations terrain, Afak se propose cette année de poursuivre la sensibilisation entreprise en direction du public, mais aussi des responsables communaux. Ainsi, la dernière action de la campagne ville propre 1997 concerne un guide bilingue sous le thème «satisfaire les attentes des citoyens». A travers ce document, c'est le rapprochement entre communes et citoyens qui est visé. Tiré à 5.000 exemplaires, le guide sortira en septembre. Il expose des actions à entreprendre pour une meilleure satisfaction des contribuables, notamment en matière de qualité du service administratif, de propreté et d'environnement urbain. En outre, il présente différentes formes de partenariat entre communes et entreprises privées pour l'équi-pement urbain (l'aménagement et l'entretien de parcs et de terrains de proximité des sports) et l'embel-lissement des villes (sculptures, peintures).
    Un vaste programme dans ce sens est en cours d'étude entre Afak et la Commune Urbaine d'Anfa. Il s'agit entre autres d'essai de sous-traitance avec une PME pour le balayage de quelques rues. «Dans ce domaine, les possibilités pour la création de micro-entreprises et donc d'emplois sont nombreuses», conclut le président d'Afak.

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc