×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Administration: Fini les privilèges?

Par L'Economiste | Edition N°:3129 Le 15/10/2009 | Partager

. Le système de leur octroi revu pour plus de transparence. Le pouvoir discrétionnaire des ministres sera limitéC’est un dossier dans lequel le gouvernement cherche à mettre de l’ordre. Les «privilèges» accordés par différentes administrations obéiront à des procédures verrouillées. Une commission interministérielle planche dessus depuis le début de l’année. Elle vient d’ailleurs de tenir une nouvelle réunion cette semaine. L’idée est de cerner les avantages accordés souvent grâce au pouvoir discrétionnaire des ministres et de lutter contre les «exceptions». Certaines pourraient faire l’objet de nouvelles procédures de manière à introduire plus de transparence dans les conditions de leur octroi. L’objectif étant «de promouvoir l’égalité des citoyens et de garantir un traitement équitable par le service public». D’ailleurs, les différents départements ministériels ont adressé à la commission la liste des autorisations ou des avis qu’ils accordent. Ce qui permet de recenser toutes les «exceptions accordées» par l’Administration publique. Cette réunion qui fait suite à une série d’autres rencontres a été l’occasion de discuter de certains amendements et mesures à introduire au système d’octroi d’autorisation et de permis par les administrations publiques. Mais aucune décision concrète n’a été prise. Si certaines autorisations sont régies par des textes de loi, d’autres sont gérées par des circulaires ou seulement des notes internes. Aujourd’hui, il est question de limiter le pouvoir discrétionnaire des ministres et des hauts responsables. Ce qui permettra de rendre transparentes les conditions de délivrance d’un certain nombre d’agréments, de dérogations ou d’autorisations pour l’exploitation par exemple des terrains relevant du domaine public. C’est le cas par exemple des municipalités qui accordent des autorisations aux propriétaires de cafés pour exploiter une partie du domaine public contre une redevance ou encore des dérogations d’urbanismes accordées par la commission dans laquelle siège le ministère de l’Habitat. Plusieurs secteurs sont ainsi visés: le transport où l’octroi des agréments est entouré de flou, l’occupation temporaire des domaines publics et forestiers, les projets d’investissement, l’agriculture, la pêche maritime, l’habitat et l’urbanisme. La liste est longue et la commission tente de mettre à plat toutes les exceptions que les différents départements accordent. Ce qui fait dire à un haut fonctionnaire que ce travail de «fourmi» nécessitera beaucoup de temps. «C’est un travail technique, juridique et administratif qui ne sera pas bouclé rapidement. C’est un dossier qui reste ouvert», affirme un haut responsable.Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc