×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    «Adieu mères» nominé aux Oscars 2009

    Par L'Economiste | Edition N°:2872 Le 02/10/2008 | Partager

    . Ce film revient sur l’émigration clandestine des juifs marocains . Le sujet, très sensible, a été très peu traité par le cinéma marocain Après avoir remporté un grand succès au Maroc, le film «Adieu mères» de Mohamed Ismaïl, sorti récemment en salle, vient d’être nominé aux Oscars 2009, dans la catégorie «meilleur film en langue étrangère». Le long-métrage a également été sélectionné pour représenter prochainement le Maroc dans une dizaine de festivals aux Etats-Unis, au Canada, en France, en Italie, Belgique, Autriche, Espagne, Brésil... Le film, qui transmet un message de paix et de tolérance entre les peuples, suscite actuellement un débat sur la possibilité d’une cohabitation sereine entre juifs et arabes. Il retrace la problématique de l’émigration clandestine des juifs marocains vers Israël dans les années 60, qualifiées «d’années noires» à travers une histoire romancée. Outre le volet historique, le film a aussi une part de fiction basée sur des évènements tragiques réels qui remontent aux années 60. Il relate la vie quotidienne, paisible et sereine d’une famille juive et d’une autre musulmane avant que cette convivialité ne bascule après la Deuxième Guerre mondiale, au moment de la création de l’Etat d’Israël et de la mise sur pied partout dans le monde d’organisations secrètes pour rapatrier un grand nombre de sujets juifs en Israël. Le nombre de juifs ayant quitté le Maroc dans les années 60 est estimé à 380.000. Avant ce départ massif, la communauté juive représentait 10% de la population marocaine totale, indique Mohamed Ismaïl, qui a effectué de nombreuses recherches à ce sujet. Les décors et l’environnement de l’époque ont été minutieusement reconstitués, faisant de ce film tragi comique une reproduction exacte et pittoresque des usages, des costumes, des accessoires ainsi que des véhicules de l’époque. Le tournage du film s’est déroulé à Casablanca et Tétouan et a duré sept semaines, précise le réalisateur. Une cinquantaine d’acteurs marocains et étrangers y ont joué, parmi lesquels une dizaine de rôles importants: Marc Samuel, Rachid El Ouali, Souad Hamidou, Hafida Kasoui, Ahmed El Alaoui, Nezha Regragui, Rachel Huet et Tarik Mounim. Le budget du film a atteint les 10 millions de DH, financés par le Centre cinématographique marocain, 2M, quelques sponsors et des fonds propres. Aujourd’hui, Ismaïl Alaoui espère récupérer sa mise, ce qui n’est pas encore le cas en ce moment. Jusqu’à présent, le film n’aurait attiré que 21.000 spectateurs, ce qui est peu. Son espoir c’est que son film soit projeté dans des salles de cinéma à l’étranger. Pour ce faire, des contacts ont été établis, mais rien n’est encore décidé...Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc