×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Adhésion/Turquie: Compromis franco-britannique

    Par L'Economiste | Edition N°:2107 Le 13/09/2005 | Partager

    . Ils comptent demander à la Turquie une “reconnaissance” de ChypreLa présidence britannique de l’Union européenne et la France se sont entendues pour demander à la Turquie une “reconnaissance” de Chypre en préalable à toute adhésion à l’UE, mais Nicosie ne s’est pas encore rangé à ce projet de déclaration, a-t-on appris lundi 12 septembre de source diplomatique. Les 25 peinent depuis une dizaine de jours à se mettre d’accord sur une réponse commune à une déclaration d’Ankara du 29 juillet. Dans ce texte, joint à un protocole étendant son union douanière avec l’Europe aux dix nouveaux membres de l’UE, Ankara réaffirmait que cette signature ne valait pas reconnaissance de la République de Chypre. Ce terme de “reconnaissance” était au coeur des discussions entre les Etats membres depuis la réunion des ministres des Affaires étrangères à Newport (Royaume-Uni) les 1er et 2 septembre. La présidence britannique avait alors proposé un projet de déclaration qui appelait la Turquie à “normaliser” au plus vite ses relations avec Chypre en “regrettant” le refus réitéré fin juillet par Ankara de reconnaître les autorités de Nicosie. La proposition sous cette forme, qui contenait déjà pour les Turcs des “éléments inacceptables”, avait été rejetée par certains Etats membres qui réclamaient une réponse plus forte de l’UE, demandant la “reconnaissance”. “Entre Britanniques et Français, le compromis est trouvé, mais la question n’est pas tout à fait réglée vis-à-vis d’autres Etats membres dont Chypre”, a-t-on ajouté de même source diplomatique. Les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne doivent s’engager le 3 octobre prochain lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères à Luxembourg. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc