×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Adhesion/Turquie: Accord sur l’ouverture des négociations

    Par L'Economiste | Edition N°:2122 Le 04/10/2005 | Partager

    . Après moult tractations. L’Europe des 25 de crise en criseLes ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne sont parvenus lundi 3 octobre à un accord sur un mandat pour les négociations d’adhésion de la Turquie qui sied à Ankara, a-t-on appris de source diplomatique.Les Vingt-Cinq ont aplani leur divergences internes en trouvant un terrain d’entente avec l’Autriche sur le but final de ces négociations, qui reste l’adhésion pleine et entière.Vienne n’a pas obtenu la formulation d’une alternative claire à l’adhésion, même si le texte du mandat a subi des modifications mineures acceptées par la Turquie. Chypre, qui avait également des difficultés, a aussi donné son accord. «L’Autriche et Chypre n’ont plus de problème sur le texte», ont déclaré plusieurs responsables européens.De son côté, la Turquie a fait savoir que son ministre des Affaires étrangères, Abdullah Gul, se rendrait à Luxembourg pour y entamer les négociations d’adhésion. La difficulté des tractations de Luxembourg sur l’ouverture des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE a révélé à quel point l’Europe des 25, en pleine introspection sur son avenir, va désormais de crise en crise. «On est dans une situation où la crise appelle la crise», déclare Yves Mény, président de l’Institut universitaire européen de Florence (Italie). L’Autriche, totalement isolée, a bloqué jusqu’à présent l’accord à l’unanimité qui est nécessaire en réclamant qu’une «alternative» soit envisagée à l’intégration d’Ankara. «C’est un élément de crise qui s’ajoute aux crises précédentes: institutionnelle après les référendums français et néerlandais sur la Constitution, budgétaire en juin», constate Paul Magnette, directeur de l’Institut d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc