×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Adhésions: La Turquie critiquée, la Croatie proche du but

Par L'Economiste | Edition N°:3130 Le 16/10/2009 | Partager

. Les atteintes aux droits fondamentaux bloqueraient l’adhésion turque. Les négociations avec la Croatie bouclées à l’été 2010 LA Commission européenne a épinglé mercredi dernier des atteintes aux libertés fondamentales en Turquie, réclamant de nouvelles réformes pour faire avancer ses négociations d’adhésion à l’UE, aujourd’hui au point mort, alors que la Croatie, elle, se rapproche de la ligne d’arrivée. «Les négociations avec la Turquie ont désormais atteint un stade plus exigeant qui nécessite un nouvel élan de réformes», souligne un rapport annuel de l’Exécutif européen. Il déplore une série d’atteintes aux droits fondamentaux. Bruxelles s’en prend notamment à la liberté de la presse, en épinglant les colossales amendes infligées cette année au groupe de presse privé Dogan Yayin Holding (DYH) pour des arriérés d’impôts. «Si une amende équivaut au chiffre d’affaires annuel d’une entreprise, cela pourrait ne pas être uniquement une sanction fiscale, cela ressemble aussi à une sanction politique», a souligné le commissaire à l’Elargissement, Olli Rehn. L’égalité entre les sexes reste un défi majeur en Turquie, poursuit le rapport qui cite pêle-mêle les crimes d’honneur, la violence conjugale, ou l’absence de progrès sur l’interdiction du travail des enfants.Bruxelles exhorte aussi Ankara à ouvrir ses ports et aéroports aux Chypriotes grecs, mais sans recommander de nouvelles sanctions. La récente normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie, l’accord sur le gazoduc Nabucco qui reliera les champs d’Asie à l’Europe en contournant la Russie, et le lancement d’un large débat public sur la question kurde figurent en revanche parmi les avancées relevées par Bruxelles. Il reste que les perspectives d’adhésion du pays apparaissent bien sombres aujourd’hui. Plusieurs pays, comme la France ou l’Allemagne, s’y opposent ouvertement.A l’inverse, «les négociations avec la Croatie, entamées en octobre 2005 comme pour la Turquie, sont proches de la ligne d’arrivée», a souligné Rehn. Elles pourraient être bouclées à l’été 2010, avant une adhésion l’année suivante.Zagreb devra néanmoins poursuivre et intensifier ses efforts de réforme au plan judiciaire, de la lutte contre la corruption et le crime organisé.La Commission a aussi réaffirmé la vocation de l’Albanie, du Monténégro, de la Serbie, de la Bosnie-Herzégovine et du Kosovo à rejoindre un jour l’UE. Tout en prévenant qu’ils avaient encore du pain sur la planche. Tous ces pays devraient, quoi qu’il arrive, se faire doubler par le dernier pays intéressé en date, l’Islande, qui a manifesté son intérêt pour l’UE en juillet dernier, et qui en tant que membre de l’Espace économique européen juge faisable de boucler des négociations d’adhésion en un an.M. A. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc