×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Addoha-Al Qudra: L’alliance de deux géants

    Par L'Economiste | Edition N°:2410 Le 28/11/2006 | Partager

    . Un tournant pour les deux groupes. Ils vont créer une structure commune. Ils ciblent aussi bien l’immobilier que le tourismeLe groupe Addoha, qui caracole toujours en tête du marché boursier, vient d’initier une étape cruciale de son expansion. Il a scellé, vendredi dernier à Rabat, un mémorandum d’entente avec le géant Al Qudra Holding, un des trois premiers opérateurs économiques aux Emirats arabes unis. L’accord porte sur la création, dans les semaines à venir, d’une nouvelle structure détenue à parts égales par les deux groupes. Celle-ci aura en charge la concrétisation des projets issus de ce partenariat touchant non seulement à l’immobilier mais aussi au tourisme. «Cet accord couvre aussi bien l’habitat économique que les autres domaines immobilier; il s’étend également au secteur touristique où nous avons commencé nos prospections, notamment à Bouznika», indique d’emblée Salah Salem Al-Shamsi, PDG d’Al Qudra Holding. Les ambitions des deux groupes concernent aussi bien le Maroc que ses voisins maghrébins, ajoutent les deux partenaires. Aucune indication par rapport à la valeur des investissements alloués à ce partenariat n’a été indiquée lors de la cérémonie de signature. Qu’est-ce qui a motivé ce rapprochement? «Le groupe Addoha nous a été recommandé par plusieurs experts en raison de son professionnalisme et de son expertise dans le domaine de l’immobilier. Ses performances boursières et les grands chantiers qu’il a entamé à Rabat nous ont convaincu de l’intérêt de cette alliance», précise Al-Shamsi. A noter qu’Al Qudra Holding a ouvert un bureau de représentation à Rabat il y a quelques mois. Objectif : chercher des partenaires privés pour réaliser des projets de grande envergure au Maroc. Les deux nouveaux partenaires n’ont pas attendu la signature de leur mémorandum d’entente pour mettre en œuvre leur partenariat. «Les études sont à pied d’œuvre pour véhiculer les projets communs. Nous avons même initié des contacts pour chercher des terrains nécessaires à leur réalisation. Notre vision couvre toutes les régions du Royaume. Il est toutefois prématuré d’annoncer la somme allouée à ces investissements», explique Hassan Ben Bachir, conseiller d’Anas Sefrioui, président-directeur général d’Addoha. A noter que cet accord ne concerne pas les projets lancés dernièrement par le groupe à Rabat (cf. www.leconomiste.com). Le leader national de la promotion immobilière met ainsi fin aux rumeurs qui ont couru tout au long de ce mois à propos de son éventuel partenariat. Certains avaient annoncé une alliance avec l’autre géant émirati (Emaar), mais ils l’ont certainement confondus avec Al Qudra Holding. D’autres rumeurs avaient prédit une prise de participation des groupes ONA et CDG dans le capital d’Addoha. Mais tout cela fait désormais partie du passé.La présente convention ainsi que les accords signés il y a deux semaines à Rabat marquent un tournant dans la stratégie d’Addoha. Bien que le groupe soit résolu à renforcer sa position dans son Core Business, à savoir le logement économique, le groupe est déterminé à conquérir d’autres niches porteuses. «D’ici à 2010, nous voulons que notre portefeuille stratégique soit scindé à parts égales entre l’habitat économique et les nouvelles activités», affirme Anas Sefrioui, PDG du groupe. Dans l’immobilier, il s’attaquera désormais aux logements moyen et haut de gamme ainsi qu’aux centres commerciaux et à l’immobilier professionnel. Par ailleurs, Addoha affiche des ambitions énormes dans le tourisme. Outre le projet de la plage des Nations, les autres investissements sont encore à l’étude. «Nous voulons investir dans les différentes formes de l’immobilier touristique. Ces constructions (hôtels et résidences touristiques) seront vendues en l’état ou données en location-gérance à des opérateurs spécialisés», explique Ben Bachir. Toutefois, rien ne filtre sur le montant de ces investissements.A la lumière de ces éléments, le business plan 2006-2010, présenté lors de l’introduction en Bourse, est totalement chamboulé. Le groupe conçoit actuellement un nouveau business plan couvrant la période 2006-2012. Il inclut les investissements réalisés depuis le mois de juillet. Il s’agit pour rappel des 482 ha acquis entre juillet et septembre, du projet dans les conventions signées il y a deux semaines à Rabat ainsi que des investissements prévus dans le cadre du partenariat avec Al Qudra. Ces informations vont être présentées en marge de l’annonce des résultats annuels du groupe.


    Al Qudra, les facteurs de puissance

    Capital: 550 millions de dirhams émiratis (AED), soit environ 1,3 milliard de DHRésultat net: 392 millions d’AED, soit plus de 800 millions de DH fin juin 2006.Secteurs d’activité: immobilier, transport, chimie, publicité, relations publiques, aluminium, environnement, management sportif...


    Al Qudra au Maroc: On n’a encore rien vu!

    Cinq mois après l’ouverture de son bureau de représentation à Rabat, Al Qudra Holding conquiert à grand-pas le marché marocain. Le groupe serait prêt à investir la coquette somme de 18 milliards de dollars dans toutes les régions du pays. C’est ce qu’a annoncé son chargé des relations publiques Nael Weshah. Le patron du groupe n’a ni infirmé ni confirmé ce chiffre. Outre son accord avec Addoha, le groupe s’est engagé avec la Société maroco-Emiratie de développement dans un gigantesque projet agricole. «Nous souhaitons acquérir entre 5.000 et 10.000 ha pour y planter des oliveraies destinées à l’exportation de l’huile d’olive, notamment aux Etats-Unis», annonce Al Shamsi. Al Qudra est aussi engagé dans le chantier de la vallée de Bouregreg, notamment dans le projet Bab el Bahr. Il effectue également des travaux du port Tanger Med. Par ailleurs, Al Qudra compte s’investir dans le transport urbain à Rabat, comme elle le fait d’ailleurs à Abu Dhabi. Les discussions sont actuellement en cours avec la Wilaya de la capitale. L’octroi du marché pourrait être décidé en janvier 2007. Après la concrétisation de ses ambitions au Maroc, Al Qudra compte en faire une base pour son expansion au Maghreb. Prochaine étape: l’Algérie. Nouaim SQALLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc