×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Accord sur l’expulsion des sans-papiers

Par L'Economiste | Edition N°:2793 Le 06/06/2008 | Partager

. Les groupes de gauche opposés au texteLes pays européens ont trouvé mercredi 4 juin un accord avec les représentants des principaux groupes du Parlement européen sur un projet de loi instaurant des règles communes pour l’expulsion des sans-papiers.L’accord porte sur l’obligation de fournir une assistance judiciaire aux personnes expulsées. L’Allemagne et plusieurs autres Etats membres avaient obtenu de rendre cette assistance facultative, mais les députés européens ont exigé qu’elle soit une obligation. L’accord trouvé stipule que les Etats membres devront «fournir une assistance juridique gratuitement, conformément aux dispositions prévues par leur législation ou aux règles prévues par la législation européenne pour les réfugiés».Cette législation établit néanmoins un certain nombre de conditions pour l’octroi d’une assistance juridique. «C’est une obligation pas très obligatoire», a reconnu une source européenne sous couvert de l’anonymat. L’ensemble du texte est le fruit d’un compromis entre les Etats membres de l’UE et les eurodéputés. Il doit être approuvé par les deux institutions et toute modification doit être avalisée par les deux instances.L’accord trouvé mercredi 4 juin a déjà été approuvé par les ambassadeurs des Etats membres à Bruxelles et devait être soumis pour accord définitif aux ministres européens de l’Intérieur vendredi 6 juin, lors de leur réunion à Luxembourg.Il satisfait le groupe des libéraux au Parlement européen, qui avait réclamé la modification du texte. Les voix de leurs 101 élus seront cruciales pour le vote en première lecture lors de la session plénière du Parlement, du 16 au 19 juin à Strasbourg. Les groupes de gauche sont globalement opposés à ce texte, jugé trop répressif.»Tout n’est pas encore perdu. Si les amendements passent, alors on réintroduit ce qu’il y avait d’humain dans ce projet de directive», a assuré l’eurodéputée socialiste française Martine Roure.Toute modification du texte par les députés européens via un amendement imposerait une nouvelle négociation avec les Etats membres, qui pourrait durer plusieurs années.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc