×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Accor repositionne son offre

Par L'Economiste | Edition N°:3129 Le 15/10/2009 | Partager

. Des établissements transformés en hôtels de luxe et lancement de chaînes low-cost. Création d’une académie à CasablancaAccor ambitionne de faire du Maroc la troisième destination au monde où ses marques seront déployées. Le groupe compte construire dans les cinq prochaines années une trentaine d’hôtels et lancer une chaîne super économique. Il va aussi créer une académie à Casablanca. Marc Thépot, PDG d’Accor Maroc, donne les détails de la stratégie.- L’Economiste: Comment se décline votre plan de développement?-Marc Thépot: Yann Caillère, président de Sofitel Monde et de l’hôtellerie Europe et Moyen-Orient, a indiqué durant les dernières assises du tourisme que le Maroc sera la troisième destination où l’ensemble des marques sera déployé. Il a également fait référence à un mémorandum avec le gouvernement marocain dans lequel le groupe s’est engagé à construire une trentaine d’hôtels dans les cinq prochaines années indépendamment des investissements en cours de réalisation. Au programme aussi des enseignes super économiques, la continuation du développement d’Ibis, Novotel... Le tout pour un budget de 1,4 milliard de DH. Enfin, le plan de développement qui vise a atteindre une soixantaine d’hôtels prévoit la création de 2.200 emplois directs. - Comment expliquez-vous la transformation de certains établissements en hôtels de luxe?- Il faut que chaque marque hôtelière ait un très bon positionnement. C’est le cas à Rabat, Fès et Agadir. Sans oublier les investissements dans les nouvelles constructions, notamment les projets Casa city center à Casablanca, à Agadir et à Essaouira.Concernant El Jadida, le Sofitel qui passera en Pullman ciblera les clientèles d’incentives. Ce qui lui permettra d’avoir un fort positionnement. Mais il ne s’agit pas de se concentrer uniquement sur le luxe, il faut aussi que les Ibis se positionnent bien sur leur marché. C’est le cas également pour les chaînes super économiques.- Où en sont vos projets de Dakhla et Laâyoune?- Ces projets nous permettront de compléter le réseau des Ibis. Aujourd’hui, nous avons 15 établissements de cette marque. En 2010, des ouvertures sont prévues à Tanger, Casanearshore et Technopolis. L’objectif est d’arriver rapidement à 30 Ibis.Nous prévoyons aussi d’investir dans les villes où nous sommes absents actuellement. C’est le cas de Dakhla et Laâyoune, mais également dans le nord. Le but est d’arriver à un maillage territorial. - La formation fait également partie de vos priorités. Vous avez un projet à Casablanca… - Effectivement. Une académie est prévue à Casablanca pour faire face au développement de la métropole économique et de Rabat. L’objectif est de former 72 apprentis par an.Notre académie, qui est destinée à la formation en interne, est déjà présente à Agadir et Marrakech. Nous comptons réaliser entre 5.000 et 6.000 journées de formation par an pour notre personnel. Propos recueillis par Jalal BAAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc