×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Accor: Bénéfices en hausse

    Par L'Economiste | Edition N°:2355 Le 06/09/2006 | Partager

    . Suspens sur la stratégie Gilles Pélisson, patron du groupe d’hôtellerie et de services Accor, doit présenter aujourd’hui des bénéfices semestriels en nette hausse. Des annonces qui devraient toutefois êtres éclipsés par la fin du suspens concernant son plan de cessions d’activités non stratégiques. Pélisson s’est donné du temps pour étudier la «complémentarité» des autres activités avec les métiers de base. Pour dégager des marges de manoeuvre, Accor prévoit de céder des actifs à hauteur d’environ 1,5 milliard d’euros entre 2005 et 2008, notamment des murs d’hôtels, avait-il annoncé. Les résultats ne devraient guère réserver de surprise: les analystes prévoient pour le premier semestre un résultat brut d’exploitation situé entre 311 et 332 millions d’euros, un chiffre en hausse de 17 à 25% sur une base pro forma. Le secteur hôtelier est en plein essor, dopé qu’il est par la Coupe du monde de juin dernier et une amélioration de la conjoncture en Europe. Le revenu par chambre disponible a ainsi crû de 10,2% en juillet dernier en France, selon le cabinet spécialisé MKG. Au-delà des chiffres, «ce qu’attendent les marchés, c’est une simplification des structures, de même que les cessions des activités non stratégiques», a expliqué Matthias Desmarais, analyste à la Société générale. La cession de Go Voyages par Accor paraît «l’option la plus probable», avait déclaré vendredi dernier le directeur général du voyagiste en ligne, Nicolas Brumelot, qui a évalué sa valorisation «entre 150 et 250 millions d’euros». Dans le cadre de sa politique de recentrage sur son coeur de métier, Accor a déjà vendu ses participations dans Compass (restauration collective) et Carlson wagon-lits Travel (voyages d’affaires), ainsi que la majorité de ses parts dans le Club Méditerranée. D’autres désengagements devraient suivre. Les analystes ont avancé comme pistes la restauration collective en Italie (Gemeaz Cusin) et la Compagnie des wagons-lits (spécialiste de la restauration à bord des trains), scénario évoqué également lundi par le quotidien Les Echos.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc