×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Académia: Une promotion de la méritocratie

    Par L'Economiste | Edition N°:324 Le 02/04/1998 | Partager

    Fondation privée, Académia va à Paris rencontrer les étudiants de haut niveau et leur expliquer comment ils peuvent rentrer au Maroc et débuter une carrière dans les entreprises.


    "Mon fils (ma fille) préfère rester en France, il (elle) a des offres dans des multinationales". Combien de parents tristes et heureux en même temps disent cela, lorsque leur enfant a fait des études dans une des grandes écoles européennes, particulière-ment en France? Pour ces jeunes, le racisme n'est pas un grand problème et les perspectives professionnelles, surtout en début de carrière, compensent les humiliations de la rue.
    La Fondation Académia a précisément été créée pour aider au retour rapide des jeunes formés dans les grandes écoles.
    Elle rencontre samedi 4 avril à Paris plus de 150 étudiants marocains en cours de formation. A l'heure où nous mettions sous presse, le mercredi 1er avril, 130 étudiants étaient déjà inscrits. L'objectif de la rencontre organisée par Académia est de leur expliquer que le retour n'est pas aussi difficile qu'il y paraît, même pour ceux qui n'ont pas de réseaux familiaux capable d'appuyer leur candidature, qui n'ont pas de "piston" bien placé.

    Le clientélisme est le premier reproche que les jeunes marocains adressent au système socio-économique. Ils le disent avec beaucoup de vigueur et parfois aussi d'amertume dans toutes les manifes-tations qui traitent du retour après les études: la plupart d'entre eux citent des exemples, décrivent des cas. Ce faisant, ils découragent les plus jeunes et ainsi se forme toute une tradition orale se transmettant promotion après promotion. Elle leur dit qu'ils n'ont pas leur place au pays, encore moins leur avenir, surtout eux, qui construisent leur parcours scolaire sur le mérite.
    L'image déplorable qu'a le tissu économique empêche les jeunes de voir que le Maroc se transforme et qu'il y a des entreprises ou des services publics qui ne vivent plus sous le régime ancien. Ces entreprises sont en train de migrer, selon l'expression à la mode, vers des systèmes de travail, de prises de décision et de récompense similaires à ceux que les diplômés de haut vol peuvent trouver dans le contexte européen ou américain.

    Paradoxalement, il revient aux entreprises, qui ont fait ou sont en train de faire le saut vers des modes de gestion plus modernes, d'expliquer le changement avec les opportunités qu'il offre. Elles sont de tailles très différentes: aux côtés de l'OCP et l'ONA, qui dépassent les deux milliards de Dollars de CA, figurent des PME comme L'Economiste (30 millions de DH) ou CFG. Elles ont aussi des origines très différentes: Afriquia, aux racines marocaines affirmées et IMM-Pocter&Gamble, symbole de la multinationale. Elles sont encore, indifféremment, privées ou publiques et appartiennent à des secteurs très variés (énergie, finances, agro-alimentaire, pha-rmacie, banque, matériaux de construction, électronique...).
    Ces multiples diversités servent de référence à Académia pour démontrer que, même si l'ensemble du tissu économique n'a pas encore fait sa migration, il existe des pôles de changement, dans lesquels les jeunes peuvent s'investir pour accélérer l'évolution du tissu dans son ensemble.


    Qui est Académia?


    Académia a été fondée en 1997 par des entreprises installées au Maroc. Chaque année, ces entreprises font une donation à la Fondation. Les fonds recueillis servent à financer des prêts d'honneur pour les étudiants qui réussissent les concours d'entrée aux grandes écoles, mais dont la famille ne peut pas assurer le financement des études. Académia donne aussi des prix pour les meilleurs lauréats. Elle propose aussi des stages en entreprises.
    Sur ce point, Académia lance une forme de normalisation des stages, qui auront alors le Label Académia. Il s'agit de veiller à ce que, pour l'entreprise d'accueil comme pour le jeune, le stage soit utile et serve de préparation à la réinsertion ultérieure. Les entreprises ayant créé Académia sont le groupe Afriquia-Akwa Holding (dont le président, M. Azziz Akhanouch, est aussi président de la Fondation), l'OCP, l'ONA, l'ONE, Procter&Gamble, L'Economiste, la BMCE, Nestlé, Air Liquide, CFG, Ciments du Maroc, SGSThomson, le groupe Wafabank, Maphar et la BCM.
    L'administration de la Fondation est assurée par le groupe Afriquia. Elle a un téléphone vert, le 0800 2779. L'Economiste abrite le site Web de Académia: "leconomiste.press.ma". IMM-Procter&Gamble s'est beaucoup investi pour la préparation de la rencontre de Paris.

    Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc