×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Spécial Immobilier

Primo-enjeux pour résidences secondaires

Par Safall FALL | Edition N°:4813 Le 14/07/2016 | Partager
Le rush sur le balnéaire stabilise les prix
La périphérie aux grandes villes toujours prisée
La diversité de l’offre et la guerre du marketing favorisent les primo-acquéreurs
balneaire_4813.jpg

Selon de nombreux promoteurs, il y a un retour à une logique de prix qui devrait plutôt stimuler une nouvelle demande dans le balnéaire (Source: L’Economiste)

Qualité de vie améliorée, connectivité aux centres urbains renforcée, un pricing raisonnable et un foisonnement d’offres rivalisant d’astuces marketing (voitures offertes, équipements gratuits, agencement, services)…Telles sont les caractéristiques phares qui font désormais le succès du secondaire auprès des primo-acquéreurs. Le segment attire de plus en plus de promoteurs. Certains opérateurs n’hésitent pas à se spécialiser sur ce type de produit en montant des business unit et filiales dédiées. Saham Immobilier, TGCC immobilier et Garan sont parmi les nouveaux entrants, rivalisant de concepts entre ceux qui se focalisent sur le balnéaire et d’autres privilégiant l’offre golfique et forêt. Les primo-acquéreurs n’hésitent plus à faire le pas. Cet intérêt est surtout drivé par le pricing. «L’ajustement des prix a permis au segment de reprendre progressivement des couleurs en termes d’attractivité. L’essoufflement du secondaire est bien réel mais le marché reste dynamique grâce, justement, à la compétitivité et la concurrence des prix», explique le responsable d’un groupe immobilier actif dans la périphérie balnéaire casablancaise. Dar Bouazza, Tamaris et Sidi Rahal sont au top des destinations où il faut acheter. Il y a aussi Mohammedia et Bouznika sur l’axe Casablanca-Rabat. Les niveaux de prix, essentiellement forfaitaires, varient entre 1 million et 12 millions de DH pour les grandes superficies de type villas intégrant des finitions les plus hauts de gamme. 
L’argument du pied dans l’eau fait encore mouche. Exprimées en mètre-carré, les  superficies s’échangent à une tranche entre 12.000 et 17.000 DH/m2 pour les finitions les plus luxueuses. «Le pricing est désormais plus raisonnable et est devenu attractif même pour les premières acquisitions. Les Marocains vivant à l’étranger ont aussi une nette préférence pour du balnéaire avec animation et piscine et proche des grandes villes telles que Casablanca», explique un expert. A Dar Bouazza justement, Omnidior, la filiale immobilière du groupe Omnipar, fait partie des acteurs qui ont misé sur le segment. L’enseigne vient d’y lancer la commercialisation du nouveau projet «Pavillon» situé sur la route d’Azemmour. 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc