×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Royaume-Uni: Qui est la nouvelle Première ministre

Par Salma BRIOUEL | Edition N°:4812 Le 13/07/2016 | Partager
Theresa May intrônisée au «10 Downing Street»
Cameron préside son dernier Conseil des ministres
theresa_may_4812.jpg
 

Ce sera donc elle. Grande et mince, à l’allure patricienne, cheveux gris coupés courts et yeux assortis… Theresa May deviendra aujourd’hui la nouvelle Première ministre du Royaume-Uni. Cette femme de 59 ans, souvent comparée à Margaret Thatcher, va rejoindre le cercle (encore restreint) des femmes au pouvoir dans le monde. Mais sa ligne politique n’a rien avec l’ex-«dame de fer». Theresa May est beaucoup plus centriste et a même un petit côté «socialiste». Ce qui est une «insulte» chez les conservateurs britanniques. Elle a deux jours pour composer son équipe gouvernementale. Sa nomination a été précipitée par la décision de la secrétaire d’Etat Andrea Leadsom, pro-Brexit, de jeter l’éponge.
Première mission de Theresa May, représenter Londres lors des négociations d’après Brexit qu’elle engagera auprès de l’Union européenne. «Brexit signifie Brexit et nous en ferons un succès», a-t-elle martelé devant le Parlement britannique. Mais le déclenchement de l’article 50 du traité de Lisbonne s’annonce périlleux. Cette dernière ayant prévenu que «Londres devrait d’abord élaborer sa stratégie de négociation et ne pas déclencher le processus de sortie, en invoquant l’article 50 du traité de Lisbonne, avant la fin de l’année». C’est donc un calendrier très chargé qui attend la  nouvelle locataire du 10 Downing Street.  
Au ministère de l’Intérieur, qu’elle occupe depuis 2010, May a été ferme sur les dossiers des délinquants, des immigrés clandestins ou des prêcheurs islamistes. Son profil apparaît plus proche d’une Angela Merkel, la chancelière allemande. Fille de pasteur, conservatrice, pragmatique, ouverte au compromis et sans enfant… autant de caractéristiques en commun. 
Elle affiche une carrière politique déjà très riche. Après deux échecs aux législatives, Theresa May est élue en 1997 députée dans le Berkshire (sud de l’Angleterre). De 2002 à 2003, elle est la première femme à être secrétaire générale d’un parti conservateur. Elle occupe, de 1999 à 2010,  différents postes dans le cabinet des conservateurs. Elle a été une alliée de David Cameron dans sa conquête du parti. Lorsque ce dernier est élu chef du gouvernement en 2010, il la récompense en lui attribuant le portefeuille de l’Intérieur.  La démission de David Cameron ne signifie pas forcément qu’il s’éclipse pour de bon de l’univers politique puisque son ancienne ministre de l’Intérieur peut très bien décider de l’intégrer au sein de son gouvernement. En accordant une visibilité à l’horizon politique britannique, cette nouvelle succession a réconforté les marchés financiers. L’euro et la livre montaient face au dollar hier dans la matinée. La Banque d’Angleterre  pourrait annoncer demain jeudi des mesures agressives d’assouplissement monétaire.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc