×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Opération Zéro mika : Une transition délicate

    Par L'Economiste | Edition N°:4809 Le 05/07/2016 | Partager
    cari_cl_009.jpg

    ■ La distribution donne l’exemple
    Bonne nouvelle! La loi interdisant l’utilisation des sacs plastiques vient d’entrer en vigueur. Et l’application en bonne et due forme a déjà commencé sur le terrain. L’article sur le sujet paru le 1er juillet dernier nous apprend que la grande et moyenne distribution a déjà anticipé et respecte à la lettre ce règlement. Ainsi, dans le réseau BIM, les clients doivent désormais se contenter de sacs alimentaires très fins ou bien acheter sur place un emballage en tissu ! Toutes les autres chaînes de distribution doivent passer au plan b, à savoir le fait de se munir de son propre sac pour faire ses courses. L’on croit rêver ! Même côté sanctions, les «peines» sont particulièrement dissuasives. Ainsi, l’article nous informe que la fabrication de sacs en plastique sera sanctionnée par une amende de 200.000 à un million de DH. Et ce n’est pas tout. Tout détenteur de sachets plastiques en vue de les vendre ou de les distribuer écopera d’une amende allant de 10.000 à 500.000 DH! Je salue toutes ces initiatives qui permettront de veiller à l’image du Maroc à l’approche de la COP22. Interdire les sacs plastiques contribuera par ailleurs à rendre propres les villes marocaines, frappées de plein fouet par la pollution. Enfin, cette décision amoindrira des retombées certaines sur la santé des humains et celle des animaux de ces provinces.
    J.A.
    ■ La loi pas toujours appliquée
    L’on pouvait s’en douter.  La loi 77-15 récemment entrée en vigueur portant sur l’interdiction des sacs en plastique n’est pas encore totalement appliquée. Si les malls et les supermarchés s’y sont déjà conformés, rien n’a changé au sein des souks populaires et des commerces de quartier qui continuent à livrer la mika. En fait, certains épiciers attendent d’écouler leur stock de sacs plastiques avant de basculer vers les sachets en carton ou en papier. Il ne faut pas les blâmer pour autant. Je pense personnellement qu’il fallait s’y prendre beaucoup plus tôt que cela et mettre en place une période de transition pour que les choses se fassent en douceur et que ces nouveaux usages entrent naturellement dans les habitudes des consommateurs. D’autant plus que c’est au consommateur d’amortir le coût des solutions alternatives. Quoi qu’il en soit, ces démarches font honneur au Maroc. Il était en effet grand temps que ces sacs particulièrement polluants disparaissent!
    H.I.

                                                                      

     

    ■ Tanger: Des trémies pour fluidifier la circulation
    Les automobilistes de Tanger souffrent le martyr depuis plusieurs mois à cause d’une circulation particulièrement lente, difficile et perturbée. Fort heureusement pour eux, les deux trémies lancées en 2015 viennent d’entrer en service. C’est en tout cas ce que révèle votre article sur le sujet paru le 30 juin dernier. L’on apprend ainsi que la première trémie, baptisée la trémie de Bni Makada, devrait permettre de réguler la circulation au niveau de l’intersection avec la route de Rabat. Ce nœud de connexion dessert ainsi les nouveaux quartiers périphériques sur la route de Rabat ainsi que les sites industriels de la Zone franche aéroportuaire et de Gzenaya. La seconde trémie, quant à elle, séparera les flux transitant par la rue de Fès et l’avenue Sidi Mohamed Benabdellah, deux importantes artères. Je pense que ces deux trémies permettront de soulager la circulation de la ville. En effet, lors de la période des travaux, Tanger était devenue une réelle souricière, notamment au niveau de son centre-ville.
    La qualité de la circulation laissait à désirer et chaque boulevard était bouché, notamment avec la saison de l’été et le mois de ramadan. En plus de ce projet, la mise en place de plusieurs parkings souterrains est également prévue et devrait combler les besoins de la ville en places de stationnement.
    J.P.

    ■ Laboratoire et nurserie au crocoparc: Un moyen de mieux étudier les reptiles
    J’ai été agréablement surpris par la lecture de votre article sur crocoparc paru le 30 juin dernier. L’on peut y lire que le parc s’agrandira en proposant de nouvelles «attractions» et infrastructures dont notamment un laboratoire et une nurserie. Le laboratoire constitue un espace d’études et d’apprentissages scientifiques où chercheurs, étudiants et élèves pourront réaliser des séances de travail ainsi que des visites pédagogiques. Un moyen valorisant et efficace de relancer les études en biologie et en génétique sur les crocodiles.
    Le but consiste aussi à sensibiliser le grand public sur la présence de ces reptiles au Maroc de la préhistoire jusqu’au début du siècle dernier! Ils ont en fait disparu à cause de la chausse et de la destruction de leurs zones d’habitat. Je pense personnellement que nous manquons d’activités culturelles et scientifiques au Maroc. S’intéresser à autre chose que le sport me semble positif et non négligeable, qu’il s’agisse de science, d’art ou encore des animaux. Bravo!
    K.O.
    ■ Benkirane: Un bilan mitigé
    Benkirane n’a fait passer aucune loi pour lutter contre le secteur informel, ni pour forcer les récalcitrants à payer la CNSS pour leurs salariés, ni pour renforcer la transparence du financement des partis politiques, ni pour lutter contre la petite et grande corruption, ni pour réformer le système des «grimas», ni pour améliorer une justice qui effraie les investisseurs, ni pour améliorer l’équité fiscale, ni pour protéger les stagiaires abusés… Personne n’est content en fait. Ni les patrons, ni les banquiers, ni les syndicats ouvriers, ni la société civile ne sont satisfaits. Pourtant, Benkirane sera réélu haut la main. Pourquoi? Parce que c’est le seul homme politique qui communique en darija et que le PJD est l’un des seuls partis avec une démocratie interne aussi dynamique. Quel drame pour le Maroc…
    T.G.

    ■ Tourisme: L’attentat d’Istanbul impacte la destination Maroc
    Les attentats récents d’Istambul et de Bruxelles rendent particulièrement difficile la relance du Maroc en tant que destination touristique, nous apprend l’article sur le sujet paru le 1er juillet. Le pays perd clairement en attractivité et chute largement au niveau du classement des voyageurs des principaux pays émetteurs. Ainsi, l’on a assisté à un recul de 30% des ventes à destination du Maroc dans le dernier baromètre des tour-opérateurs français. De plus, les nuitées ont également reculé de 0,7% au premier trimestre de l’année. Tout ceci s’explique avant tout par la montée de l’insécurité dans la région et par le climat de peur qui s’installe dans le monde entier suite aux nombreux attentats. Pour changer la donne, je pense qu’il faut miser sur la communication de crise afin d’améliorer la perception du Maroc par ces touristes étrangers. Quoi qu’il en soit, le tourisme interne et les flux des MRE permettront de sauver la mise!
    F.E.

    ■ Centre pour handicapés à Tanger: Un grand bravo!
    Un centre spécialisé dans le handicap auditif, voici une belle initiative!  Le Souverain vient en effet de lancer les travaux de construction d’un centre de réhabilitation auditive à Tanger, le premier du genre au sein du royaume! Ce centre permettra de dépister de façon précoce les déficiences auditives chez les enfants et de les prendre en charge au niveau médical. Mais pas seulement. Il permettra également de former les jeunes handicapés à des métiers adaptés. Ce genre d’initiatives et de projets manque à mon sens au Maroc. Les handicapés ne sont pas toujours bien intégrés dans la société et le pays manque clairement d’infrastructures et de moyens pour leur faciliter la vie et favoriser leur insertion professionnelle.
    F.C.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc