×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fruits et légumes La filière peine à sortir de l'impasse

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4796 Le 16/06/2016 | Partager
L’absence d’un guichet unique ralentit les démarches administratives
Rendement en baisse, coûts de production en hausse, tensions sociales… les autres bémols
fruits_et_legumes_096.jpg

Le secteur des fruits et légumes est soumis à des contraintes d’ordre hydrique, technique, commercial, et essentiellement fiscal et social. Tout pour ralentir son plein développement (Ph. L'Economiste)

Le secteur des fruits et légumes contribue efficacement au développement socioéconomique de la région Souss Massa et aussi du pays. Pourtant il se heurte encore à différentes contraintes qui freinent son plein essor. Ces contraintes sont d’ordre hydrique, technique, commercial, et essentiellement fiscal et social. «La profession a entrepris un ensemble d’actions auprès des ministères, directions et responsables pour aboutir à des solutions concrètes, pratiques et en phase avec les spécificités du secteur agricole, mais ces actions sont restées vaines», déplore Lahoucine Aderdour, président de l’Association marocaine des producteurs exportateurs de fruits et légumes (APEFEL), lors de l’Assemblée générale ordinaire et extraordinaire de l’Association, tenue récemment à Aït Melloul. Un exposé réalisé par le cabinet Soufiani Consultants a permis de passer en revue toutes les difficultés dans lesquelles se débat le secteur depuis des années. Parmi elles, des causes exogènes au climat, d'autres due à la faible dynamique de l'investissement en amont.  Les professionnels parlent d'abord du stress hydrique que connaît la région avec un déficit moyen en eau de la nappe de Chtouka de l’ordre de 58 millions m3/an et des risques d’intrusion marine. Soumis à des contraintes techniques, les opérateurs se plaignent du fait que le travail de recherche des institutions de l’Etat n’est pas synchronisé avec leurs attentes et avec les exigences du marché international  en

fruits_et_legumes_096.jpg

Les primeurs à l’export sont en pleine évolution malgré les contraintes énormes auxquelles se heurtent les professionnels qui ne cessent de déployer des efforts en matière de performance, aussi bien au niveau rendement que qualité, et diversification des marchés, notamment la Russie. Le Souss représente la grande part étant donné les particularités climatiques de la région et la grande concentration des professionnels dans la zone

pleine mutation. La cherté des intrants, dont la majorité est importée, en raison du manque d’incitation à l'investissement pour la production de ces mêmes intrants dans les normes exigées, est un autre écueil de taille. D’un autre côté, les structures des serres actuelles étant limitées et vétustes, il aurait été adéquat de les renouveler et de procéder à la reconversion en hors-sol. Ce qui est difficilement applicable en l’absence d'incitations financières nécessaires. Or, ce n’est pas le seul bémol, le secteur des fruits et légumes souffrant aussi de problèmes de logistique. C’est ainsi qu’au niveau du port d’Agadir, le schéma de circulation des camions est engorgé. Une carence est aussi enregistrée au niveau des moyens humains et matériels (scanners), avec une absence de plans d’action de développement à court et moyen terme. A noter que de leur côté, les professionnels ne se bousculent pas pour avoir le statut d’Opérateur économique agréé (OEA) à cause des formalités et lourdes conditions exigées. A ceci s’ajoute le fait qu’il n’y a pas de guichet unique pour faciliter les démarches administratives, un bâtiment qui regrouperait toutes les administrations intervenantes. A savoir, la douane, l’ONSSA, Marsa Maroc… Le problème de fluctuations de devises et son impact sur les pertes de changes est un autre mal dont pâtit la profession entre autres… A noter aussi la faible expertise dans le domaine de la fiscalité agricole et la difficulté d’obtention des pièces justificatives probantes auprès des prestataires. En plus de certaines dispositions du code du travail inappropriées, saisonnalité, contractualisation, procédure de licenciement, entreprises de travail temporaire, médecine du travail… Sur le volet social, le dilemme droits/obligations depuis 2004 est d’augmenter le Smig et le Smag et d’élargir l’AMO aux soins dentaires… Et de même de maîtriser les tensions sociales de plus en plus observées. En effet, avec l’absence de loi sur la grève, différentes formes de grève prolifèrent. Notamment, les «sit-in» de longue durée devant les portails des stations et des exploitations agricoles.

Recommandations…

C’est décidé. Un communiqué sera adressé par les professionnels du secteur au gouvernement marocain pour l’inciter à prendre des décisions homologues à celles prises par le Parlement européen à la suite de la  pression des agriculteurs espagnols contre les exportations marocaines. L’idée est aussi de revendiquer l’interdiction des exportations espagnoles vers le Maroc. C’est ce qui ressort des recommandations retenues lors de la rencontre qui ont fait ressortir la nécessité de mettre en place une approche orientée vers le dialogue direct avec les syndicats pour une paix sociale fondée sur l’équité et l’équilibre droit/obligation. La coordination avec les autres secteurs qui affrontent le problème de saisonnalité, comme le BTP et le tourisme; le travail pour la confection d’un Répertoire des emplois-métiers (REM) adapté au contexte réel, avec définition des postes, compétences requises, activités de base, spécificités et standards de travail… sont parmi les autres recommandations exprimées.

En attente des assises sur la saisonnalité…

C’est Abdeslam Seddiki, ministre de l’Emploi, qui l’avait lui-même annoncé lors du think tank coffee du CJD organisé en avril 2015 dans le chef-lieu du Souss! Des assises sur la saisonnalité devaient être organisées à Agadir. La date avait même été retenue: novembre 2015 après les échéances électorales. En attendant ces éventuelles assises, la problématique de la saisonnalité reste posée avec force. D’autant plus que le Souss Massa est une région agricole par excellence où affluent les travailleurs saisonniers dont il s’agit de préserver les droits. Sachant que près de 100.000 salariés sont actifs dans le domaine agricole et sont déclarés à la CNSS, nous indique-t-on. (Cf. notre édition du 19/05/2015).

De notre correspondante,
Fatiha NAKHLI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc