×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Africa Morocco Links se prépare pour naviguer

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4795 Le 15/06/2016 | Partager
Le Diagoras, son premier bateau est en cours d’inspection à Algésiras
Il s’agit de la reprise de l’exploitation de la ligne de Comanav par la BMCE
La banque qui s’est alliée à un armateur grec a même repris l’ancien personnel
africa_morocco_links_095.jpg

Le Diagoras lors de son inspection au port de TangerMed. Le ferry pourra embarquer 1.500 passagers et 400 véhicules (Ph. Adam)

La compagnie maritime Africa Morocco Links est en train de mettre les bouchées doubles pour démarrer son activité. L’un de ses premiers bateaux est déjà arrivé au port TangerMed, la semaine dernière. Le Diagoras, ferry de 6 mètres de tirant d’eau dont le port de rattache est Piraeus, en Grèce, a déjà fait l’objet d’une série d’inspections routinières pour obtenir l’aval des autorités portuaires tangéroises. Actuellement, il est à Algésiras, où il devra subir les mêmes tests avant de recevoir l’aval des autorités espagnoles. En effet, il est nécessaire de vérifier si le bateau (d’une capacité de 1.500 passagers et 400 véhicules) et ses divers équipements sont adaptés aux deux ports d’attache, en particulier les rampes d’accès. Un simple décalage aurait pour conséquence de retarder ou de rendre impossible le chargement et déchargement. Le bateau devra connecter les ports de TangerMed et d’Algésiras à l’image des ferrys de la Comarit-Comanav. La comparaison ne s’arrête pas seulement là. En effet, selon des sources proches du monde maritime, ce sont près d’une centaine d’anciens employés de la Comarit-Comanav qui auraient été recrutés, essentiellement des marins. Au-delà de l’aspect moral de cette opération, il s’agit en effet d’une nécessité impérieuse si on veut démarrer le plus vite possible, selon un opérateur. En effet, pour le personnel navigant, la réglementation exige qu’il dispose d’un certificat maritime qui lui est attribué après une formation qui peut durer des mois. Or, justement, les marins de la Comarit disposent de ce type de sésame, ce qui permet une entrée en service des plus rapides. Le Diagoras, selon des sources au sein du port TangerMed, devrait démarrer son activité dès les prochains jours. Il devra être suivi par un deuxième ferry.

L’Africa Morocco Links est une compagnie issue de l’association entre la BMCE et le groupe maritime grec Attica. Elle devra aider à renflouer le pavillon maritime marocain largement endommagé par le naufrage de la Comarit et d’IMTC. Actuellement, seule Intershipping, compagnie lancée avec des capitaux marocains, continue de porter le pavillon national sur le détroit.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc