×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Apiculture: Dans le fief du Gharb, la filière se modernise

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4795 Le 15/06/2016 | Partager
Trois unités de valorisation mises à la disposition des associations du secteur
Le nombre des ruches modernes dépasse 177.000 unités
Le problème de la commercialisation pose encore problème
apiculture_gharb_095.jpg

L’une des unités de valorisation du miel construite dans la commune Si Omar Hadi. Pour Mohammed Ez-Zrary, président de l’association Sadaka (à droite), par ce projet, on vise d’atteindre une production de 80 tonnes par an (Ph. NEA)

Coup de pouce à la hauteur pour la filière apicole grâce au plan Maroc Vert. Une activité qui concerne au niveau national plus de 3.300 apiculteurs modernes dont plus de la moitié se trouve dans le Gharb et la province de Sidi Kacem. Une grande partie, soit environ 2.600 agriculteurs, sont regroupés en associations dont le nombre s’élève à 375. Pour le développement de cette filière, 6 projets sont prévus dans le cadre du Plan agricole régional (pilier II) pour un montant total de près de 40 millions de DH. A travers ces projets, il est prévu de construire 6 unités de valorisation du miel au profit de 900 apiculteurs de la région. Dans une première étape (2010-2014), trois mielleries ont déjà été construites dont deux au niveau de la province de Sidi Kacem et l’autre à Salé. Trois autres unités sont prévues à Kénitra, Khémisset et Salé. Une fois construites et équipées par la Direction provinciale de l’agriculture, ces mielleries sont mises à la disposition des coopératives des apicultures dans le cadre de partenariat entre les deux parties sur la base d’un cahier des charges. «Grâce à cette unité de valorisation mise à notre disposition, on a pu améliorer la qualité de nos produits et obtenir l’autorisation de l’ONSSA sur le plan sanitaire», indique Said Afakir, président de la coopérative Achourouk. Ce dernier occupe également le poste de président de l’association Houda qui regroupe une douzaine de coopératives de la région de Jorf Al Malha dans la province de Sidi Kacem avec près 130 apiculteurs adhérents. Pour Afakir, cette autorisation de l’ONSSA va contribuer à régler le problème de la commercialisation qui constitue l’un des sérieux obstacles qu’affrontent les coopératives. Cette garantie de l’ONSSA va faciliter l’accès du miel dans les grandes surfaces commerciales et les foires nationales comme celles de l’agriculture à Meknès. Selon lui, c’est grâce au soutien du plan Maroc Vert que les coopératives ont pu améliorer relativement leur production. Sur ce volet, il rappelle que chaque coopérative a été dotée de 150 ruches pleines avec le matériel nécessaire: housse, extincteur, filtres, équipements d’emballage… «Cela nous a permis d’atteindre lors de la première année de la création de l’association en 2010 une production de près de 30 tonnes de miel», rappelle Afakir. Un chiffre qu’on n’a pas pu dépasser depuis, à cause des effets de la sécheresse conjugués à d’autres problèmes. «Pour le moment, nous arrivons à produire près de 25 kg de miel par ruche, signale le président de la coopérative Achourouk. Toujours dans la province de Sidi Kacem, une deuxième unité est construite dans le cadre du plan Maroc Vert dont la mise en service est attendue prochainement. Elle sera exploitée par une dizaine de coopératives d’apiculteurs regroupées dans l’association Sadaka dont le siège se trouve à la commune Si Omar Hadi. «Cette unité équipée du matériel nécessaire va contribuer à l’amélioration des conditions de production et de conditionnement de nos produits de miel selon les normes en vigueur, notamment sur le plan d’hygiène, de sécurité alimentaire et de traçabilité», explique Mohammed Ez-Zrary, président de l’association Sadaka. Ce qui va permettre, selon lui, d'obtenir l’autorisation sur le plan sanitaire accordée par l’ONSSA. Celle-ci va faciliter aux produits des coopératives d’accéder aux rayons des grandes surfaces commerciales.

Projet intégré

Pour Ez-Zrary, le partenariat conclu entre son association et la Direction régionale de l’agriculture ne se limite pas seulement à la construction d’une unité de valorisation mais plutôt un projet intégré. En plus d’un bâtiment équipé mis à notre disposition, les membres de l’association bénéficient également de l’encadrement et des sessions de formation, ajoute Ez-Zrary. L’objectif de l’association est de tirer profit de ces conditions offertes par le plan Maroc Vert pour atteindre une production annuelle de près de 80 tonnes de miel contre 12 tonnes actuellement. Cela va se traduire par une amélioration substantielle des revenus des membres de l’association qui peuvent dépasser 40.000 DH par an contre uniquement près de 4.500 actuellement. Toutefois, la commercialisation du miel nécessite un travail préalable de sensibilisation des consommateurs sur les bienfaits de ce produit en vue de développer des habitudes d'achat.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc