Reportage

Toubkal: Cap sur le plus haut sommet de l’Afrique du Nord

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4777 Le 20/05/2016 | Partager
Une montagne qui attire aussi bien les sportifs que les amateurs de sensations fortes
Des formules ad hoc organisées par des guides «non officiels» pour les randonneurs en groupe
Une activité touristique qui fait prospérer les 7 villages de la vallée d’Imlil
toubkal_077.jpg

Marocains et internationaux, les amateurs du trekking remplissent de plus en plus les sentiers menant au plus haut sommet du Maroc et de l’Afrique du Nord (Ph. SB)

Du haut de ses 4165 mètres d’altitude, le mont Toubkal n’impressionne plus les randonneurs. Attirant de plus en plus les passionnés des sensations fortes, l’ascension du plus haut sommet de l’Afrique du Nord, plus accessible que jamais, reste une épreuve physique qui mérite le détour. A une soixantaine de kilomètres de Marrakech et une heure en voiture, le village d’Imlil constitue le point de départ pour la randonnée individuelle ou en groupe. Dès l’arrivée à Imlil, le ton est donné. Il y a une multitude de magasins de matériel de randonnée et les mules chargées de sacs de voyages arpentent le seul chemin qui dessert le village. Encouragés par la logistique assurée par les mules, les amateurs de trekking osent de plus en plus l’ascension du Toubkal, pour le plus grand bonheur des habitants des villages au pied de la montagne. «Depuis trois ans, nous recevons de plus en plus de groupes de

toubkal_1_071.jpg

 

randonneurs nationaux qui viennent pour faire l’ascension de Toubkal. Cela nous assure une activité économique importante comparée à celle qui était dégagée avec les étrangers», assure Said, gérant d’une auberge à Imlil. Aujourd’hui, et grâce aux randonneurs qui viennent défier l’altitude et les terrains accidentés, les villages de la vallée d’Imlil prospèrent. Il faudra arpenter un bon kilomètre composé de petits sentiers pour enfin avoir une vue générale sur la vallée aux sept villages d’Imlil. Au moment de traverser le lit de rivière caillouteux, de minuscules parcelles de cultures en terrasses apparaissent sur les deux rives. Les arbres fruitiers (noyer, cerisier et pommiers) et les cultures vivrières sont les principales cultures. Des milliers de fois piétinés par les marcheurs et les mules, les sentiers caillouteux creusés dans la montagne menant vers le sommet offrent un panorama de paysages qui change au fil de l’altitude. Et au loin, seule la blancheur de la neige contraste avec le noir d’ébène du massif de Toubkal. Ici seuls quelques rares bergers viennent faire paître leurs chèvres, habituées aux hauteurs vertigineuses. Bien que l’agriculture,

toubkal_2_071.jpg

Avec un afflux permanent de pèlerins venant faire des offrandes et chercher la guérison miraculeuse auprès du sanctuaire de Sidi Chamharouch, quelques commerces et restaurateurs s’assurent des revenus sûrs (Ph. SB)

l’élevage des caprins ou le commerce constituent l’activité principale des habitants de la Vallée d’Imlil, de nouveaux métiers ont fait leur apparition depuis quelques années. La restauration, la vente ou la location de matériel de randonnée, très rentables, se développent aussi depuis peu. Le potentiel touristique indéniable de la montagne est sans doute la raison qui maintient une grande partie des jeunes à rester dans leur région. Le transport des visiteurs et des randonneurs, l’hébergement et l’activité de guide de montagne assurent des revenus corrects pour les villageois. Petit à petit, la montagne révèle la beauté de ses paysages et les mystères qui l’entourent. Ce paysage époustouflant et la géographie particulièrement imposante, ont fait du Toubkal le lieu de tournage en 1997, d’un des plus beaux films de Martin Scorcese «Kundun».

toubkal_3_071.jpg

En dehors de quelques cultures vivrières sur terrasses, de l’élevage de caprins et de commerce de produits d’artisanat locaux, l’activité économique est directement liée au tourisme de montagne. (Ph. SB)

Le Toubkal reste encore entouré de beaucoup de mystères et certaines légendes restent vivaces malgré le temps. Il a été pendant longtemps un lieu sacré pour le peuple des montagnes du Haut Atlas. Dans les carnets de voyages des premiers explorateurs européens venus dans les années 1920; des cairns ou «kerkours» de pierres retrouvés sur le mont auraient été attribués à des entités divines. D’après les dires des habitants, le sommet a longtemps été dédié à Sidi Chamharouch, le roi des djinns. Aujourd’hui encore, on retrouve certains de ces cairns, éparpillées ici et là sur les passages empruntés vers les différents sommets. Le sanctuaire dédié à Sidi Chamharouch, est d’ailleurs fréquenté régulièrement par des hommes et femmes venus chercher des guérisons miracles. Situé en plein milieu des montagnes, à presque deux heures et demi de marche de Imlil, le sanctuaire est à l’écart du chemin des randonneurs. Seule une roche énorme recouverte de chaux et surplombée de trois drapeaux blanc et vert permet d’identifier le lieu. Ici règne une atmosphère étrange, où le religieux se mélange au mystique. Le silence est perturbé par quelques psalmodies de coran émanant d’une petite pièce au dessous de la roche, entrecoupés des cris stridents des nombreux corbeaux survolant le lieu. Selon les dires des villageois, ces oiseaux incarneraient des esprits maléfiques errants autour de la demeure du sultan des djinns. Le sanctuaire est l’avant dernier point d’arrêt avant l’arrivée aux deux refuges situés sur le flanc du sommet à 3.207 mètres

toubkal_5_071.jpg

Avant la dernière étape de l’ascension du Mont, deux refuges offrent le gîte et le couvert aux randonneurs, dont le plus ancien date des années 50 et est encore géré par le club alpin français (Ph. SB)

d’altitude. Le refuge de Toubkal est le plus ancien et a été construit par le club alpin français dans les années 50. Disposé en plusieurs dortoirs, et deux salles communes, le refuge de Toubkal, est certes basique, mais peut accueillir de 100 jusqu’à 130 randonneurs et affiche souvent complet 15 jours à l’avance. Quelques organisateurs de randonnée au Toubkal ont mis en place une formule intéressante. «Pour un groupe de plus de 30 personnes, je fais appel à un guide professionnel, un cuisinier et un aide cuisinier qui nous accompagnent tout le long du séjour, l’approvisionnement y compris», explique Ismail, gérant de l’agence de voyage Smile Trip. Après une nuit

toubkal_4_071.jpg

Un écosystème économique s’est développé autour du trekking à Toubkal, comme le transport de bagages et la gestion d’auberges, avec l’apparition récente de nouveaux métiers comme la location de matériel de randonnée (Ph. SB)

passée au refuge, le départ vers le sommet démarre à l’aube. Certes il reste une centaine de mètres à peine pour le sommet, mais le nivelé très important et l’altitude rendent cette dernière partie de l’ascension très difficile. Il faut un grand effort physique et mental pour arriver au bout de cette étape. Pour beaucoup, cette aventure restera gravée à jamais dans la mémoire. Pour d’autre, l’arrivée à la pyramide en fer indiquant le sommet du Toubkal est la consécration du dépassement de soi.
A plusieurs égards, l’ascension du Toubkal est une redécouverte d’un Maroc reculé et d’un peuple de montagne qui conserve et perpétue encore une part de sa culture des temps anciens. Elle est malheureusement aussi l’occasion de constater l’impact humain sur la nature en l’absence de prise de conscience, à la fois des autorités et des visiteurs, de l’importance de protéger cet environnement fragile.

Profession: Guides de montagne... pas déclarés

Avec l’accès de plus en plus facile au sport de montagne et l’ascension des sommets, il n’est pas rare de croiser des randonneurs tentant l’ascension du mont Toubkal sans guide. Méconnaissant les dangers dus à la glisse ou aux éboulements fréquents surtout en période de pluie, les randonneurs non accompagnés risquent des accidents qui sont fréquents et parfois mortels. Pour les plus prudents, il suffit de faire appel au service d’un guide généralement contacté dès l’arrivée à Imlil. Même si la profession de guide de montagne est aujourd’hui encadrée et normalisée, à Toubkal, la majorité des guides sont non officiels. Natifs de la région et connaissant les chemins comme leurs poches, ces «faux» guides aux yeux de la loi n’ont aucune couverture légale en cas d’accidents. Or, en l’absence de connaissance des normes de sécurité et des règles de secourisme, le guide de montagne à Toubkal prend beaucoup de risque. «Il est urgent d’encadrer la profession de guide de montagne dans cette région, il en va de la sécurité des randonneurs et des guides locaux aussi», note Ahmed Michalou, guide professionnel de montagne. Bien qu’il existe aujourd’hui deux écoles pour la formation des guides de montagne (à Ait Bouguemaz et récemment à Marrakech), celles-ci restent inaccessibles pour la majorité des guides locaux, car exigeant le niveau baccalauréat.

La baraka du Dalaï Lama

Pour les habitants des 7 villages de la Vallée d’Imlil, il y a un avant et un après le film «Kundun». Le tournage en 1997 du film du réalisateur Martin Scorcese sur la vie du Dalaï Lama, dans l’auberge «La Kasbah du Toubkal», a changé la vie dans la vallée. En effet, les habitants de la vallée ont contribué activement pendant 6 mois aux opérations de tournage du film. Il a été décidé qu’au lieu de payer chaque individu pour son travail, les revenus dégagés allaient être utilisés comme fonds pour la création de l’Association Bassin d’Imlil. En plus de ces fonds, les propriétaires de la kasbah se sont engagés à verser 5% de chaque facture encaissée sur le compte de l’association, et ce, à vie. L’association est constituée d’un représentant de chaque village et réalise depuis des projets pour le profit de toute la vallée et finance parfois des projets dans les villages avoisinants. Le développement de l’irrigation des cultures en terrasse et la création d’un système de collecte des ordures dans la vallée constituent deux des projets les plus importants pour la vallée. L’acquisition d’une ambulance pour le transport des cas urgents vers le centre de santé de Asni, particulièrement les accouchements difficiles, est également un projet qui a eu beaucoup d’impact. (source : Projets Raisonnables, l’histoire de la Kasbah de Toubkal).

                                                 

Quid de l’environnement

toubkal_6_071.jpg

Le développement du tourisme constitue une part importante de l’économie de la région du Toubkal, à condition de préserver cet environnement afin de le pérenniser. Très peu de visiteurs savent toutefois qu’ils empiètent un parc national protégé par la loi. Pire encore, le long du parcours allant de Imlil vers Mont de Toubkal, il n’y a aucun point de ramassage de déchets visibles. Il en résulte des déchets un peu partout, allant des emballages de biscuits et sucreries, aux bouteilles d’eau et sachets en plastique, abandonnés par les randonneurs. L’éducation et la sensibilisation au civisme constituent le thème principal de l’activité des associations qui opèrent dans la zone couvrant Imlil et les villages avoisinants. Plusieurs actions sont entreprises dans ce sens, dont l’opération montagne propre qui s’effectue au niveau du sommet de Toubkal.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc