×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Etat des routes: Une situation catastrophique

    Par L'Economiste | Edition N°:4771 Le 12/05/2016 | Partager
    cari_cl_071.jpg

    ■ 40% du réseau défectueux!
    J’ai été surpris d’apprendre en lisant votre journal datant du 5 mai que 40% du réseau routier est défectueux! Cela représente en gros pas moins de 25.000 kilomètres sur les 57.334 kilomètres du réseau routier national. Ce n’est pas rien! L’on apprend par ailleurs que la problématique a été abordée lors du premier congrès africain sur l’entretien, la sauvegarde du patrimoine routier et l’innovation technique. Un évènement organisé par le ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique qui a permis aux acteurs concernés d’échanger sur la politique du secteur des routes africain et de déterminer des moyens de changer la donne. Je pense en ce qui me concerne que ces chiffres sont catastrophiques et qu’il faut agir au plus vite en organisant des interventions massives de maintenance et de réparation. Une démarche qui va nécessiter un budget colossal, mais nécessaire car des infrastructures routières mauvaises terniraient notre image, notamment auprès des touristes. Par ailleurs, la qualité des routes d’un pays influe sur sa bonne santé économique! Je pense également qu’il faut éviter que les routes ne se dégradent à l’avenir en réalisant des plans de prévention ou encore en s’orientant vers de nouvelles techniques de construction des chaussées respectant une vision durable!
    J.A.

    ■ Impossible de circuler à Casablanca
    C’est incroyable. Il ne sert à rien d’avoir une voiture neuve à Casablanca! Le véhicule sera en effet abîmé seulement après quelques semaines d’utilisation vu l’état de la chaussée. En effet, les routes sont parsemées de trous et de bosses et aucun quartier n’est épargné. L’état des trottoirs laisse également à désirer et menace sérieusement la santé des piétons. Bon nombre de mes connaissances se sont foulées la cheville ou ont écopé d’une entorse au genou après être tombées dans une crevasse qu’ils n’avaient pas vue! Tout ceci est scandaleux. Que fait la municipalité de Casablanca? Qu’elle agisse et au plus vite !
    F.E.

                                                                    

    ■ Tourisme: Une politique RSE essentielle!

    Mine de rien, le tourisme serait responsable de 53% des émissions de gaz à effet de serre issues de l’activité humaine. Par ailleurs, pour chaque touriste, il faut compter près de 440 litres d’eau consommés par jour, ce qui est colossal! Ces chiffres tirés de votre article sur le sujet font peur et cela menace directement les faibles ressources en eau du pays, dans une région en plein stress hydrique. Il faut réagir et encourager le tourisme responsable. Le sujet a d’ailleurs récemment  été débattu lors de la Green Growth Academy. Je propose d’organiser une opération de sensibilisation à grande échelle. Autre solution envisageable, réaliser une station de traitement des eaux usées pour arroser terrains de golf et autres espaces verts mis à disposition des touristes. Je propose aussi de créer des éco-quartiers intégrant une organisation et une vision RSE concrète et palpable.
    H.A.

    Fresques géantes de Rabat: Un moyen d’encourager l’art

    Des fresques géantes pour égayer les façades mornes et monotones de Rabat, en voici une excellente idée! En feuilletant votre journal du 4 mai dernier, je suis tombé sur le reportage-photos de cet évènement unique en son genre intitulé «Jidar, Toiles de rue». A ma grande surprise, les photos dévoilent de véritables et impressionnantes œuvres d’art hautes en couleur, originales et époustouflantes réalisées par des artistes originaires d’Italie, du Mexique, d’Espagne, d’Allemagne mais aussi du Maroc! Un total de près de 14 fresques réalisées par près de 23 artistes. Je pense qu’il faut encourager ce genre d’initiatives. Il faut sensibiliser les citoyens à l’art et encourager sa pratique auprès de toutes les couches de la population. Pratiquer une activité artistique est en effet essentiel pour l’épanouissement d’un individu. Il faudrait qu’il y ait plus d’écoles consacrées aux études artistiques, mais pas seulement. Le métier d’artiste doit également être plus valorisé et doit, comme beaucoup d’autres métiers, inspirer le respect. Bravo!
    H.P.

    ■  Forum de Fès: La femme à l’honneur
    Le programme de cette dernière édition a tout d’abord rendu hommage  aux «Femmes fondatrices» à travers de nombreux artistes provenant d’horizons divers. Le «Forum de Fès: une âme pour la mondialisation» a permis de présenter 8 débats traitant principalement de la thématique «Femmes fondatrices», débats sur des thématiques telles que «Le regard des femmes», «Les femmes de légende dans l’histoire» ou encore «Femmes et éducation». Je pense personnellement que la femme joue et a joué un grand rôle au sein de la société marocaine. Même si les femmes n’ont pas toujours occupé des postes de responsabilité, elles ont su marquer de leurs empreintes l’histoire de leur pays et ont facilité son progrès. Il ne faut pas non plus oublier que ce sont elles qui éduquent les adultes de demain. Leur rôle est donc capital puisque l’économie, la sociologie et les capacités d’un pays reposent sur l’éducation reçue par son peuple. A méditer…                            

    G.J.

                                                                    

    ■ Chèque de garantie
    Concernant votre point de droit «Le chèque de garantie nargue toujours la loi» (édition n°4766 du 05/05/2016), je voudrais vous faire part de deux remarques:
    1- Le chèque de garantie n’est puni que pour celui qui l’accepte. Celui qui l’émet étant hors sphère de sanction (voir al. 6 art. 316 du code de commerce);
    2- Les dispositions du code pénal afférentes au chèque sont implicitement abrogées par le code de commerce. D’ailleurs, la Cour de cassation marocaine l’a confirmé à maintes reprises.
    R.B.

    ■ Utilisons le vélo pour résoudre les problèmes de circulation!
    L’article dans le courrier des lecteurs signé J.A. a particulièrement retenu mon attention et j’aimerai en féliciter l’auteur. Ceci étant, on ne peut penser conduite automobile sans penser COP 22. Aussi, j’aimerai émettre une petite idée qui pourrait s’avérer fabuleuse. Nous connaissons l’état de nos routes, les conséquences des accidents de la circulation, les conséquences sur l’air que nous respirons et les conséquences sur la balance des paiements, son déficit et les dettes laissées aux générations futures. Les ouvriers, ainsi que les étudiants et les fonctionnaires ont des trajets quotidiens à effectuer. Ils utilisent pour cela des transports en commun, des transports organisés par les entreprises et des déplacements accompagnés en véhicules automobiles.
    Je pense en fait qu’il y aurait lieu d’avoir une unité industrielle de production de bicyclettes. Ces personnes disposeraient d’un vélo qu’elles paieraient par le montant économisé sur le transport effectué jusqu’alors. Pour cela, il faudrait que l’Etat contribue en organisant la circulation dans les villes, réservant un couloir spécifique aux bicyclettes. Nous aurons moins de pollution, nous gagnerons en santé, nous importerons moins de pétrole et nous diminuerons le déficit de la balance des paiements. Autre avantage, nous augmenterons le pouvoir d’achat et les contributions au budget de l’Etat. Nous aurons par ailleurs moins d’accidents, ce qui permettra d’obtenir de meilleurs résultats aux compagnies d’assurances. Mais pas seulement!
    Nous aurons aussi une réduction des soins occasionnés par les accidents et ces économies pourront être affectées à d’autres soins dont souffrent les femmes enceintes qui manquent de nutriments. Là, nous pourrons demander à nos conducteurs d’avoir un comportement civilisé! Les embouteillages seront réduits et ils n’auront pas besoin de «slalomer» sur les routes pour faire remarquer leur présence!
    D.A.

    ■ Enseignement/Absentéisme: La solution se trouve dans le privé
    J’ai lu plusieurs articles et analyses concernant l’absence des professeurs et enseignants, mais personnellement j’ai été surpris ou choqué d’écouter des émissions débattant sur des solutions comme si nous étions en train de découvrir un phénomène extraterrestre. Je ne vois aucun problème dans l’absentéisme des professeurs, car chacun de nous a une vie privée à gérer en parallèle de sa vie professionnelle.
    Par contre, ce qui me fait agir, c’est comment cet absentéisme est géré par l’administration concernée. J’ai une question à poser: Pourquoi n’observons-nous pas ce phénomène dans les écoles privées? Je ne compte pas développer ce sujet, mais je veux tout simplement préciser que le système privé marche très bien et que les Marocains souhaitent le plus souvent inscrire leurs enfants au sein des établissements privés. Alors ne perdons plus de temps et adoptons ce système du privé pour le public, que ce soit pour la qualité ou encore pour la motivation…
    Adil B.

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc