Entreprises

Comment l'ONCF réussit son virage

Par Safall FALL | Edition N°:4758 Le 25/04/2016 | Partager
29 milliards de DH investis dans le contrat-programme 2010-2015
Cela équivaut à 88% des engagements calés pour la période
La LGV maintient le rythme: 78% de taux d’achèvement du projet
lgv_oncf_058.jpg

La remise à niveau du réseau classique existant et l’arrivée, à grande vitesse, de la LGV, a boosté les investissements. Rien que pour 2015, l’Office a investi 6 milliards de DH

Ça va à grande vitesse chez l’Office national des chemins de fer (ONCF). L’organisme vient de boucler son programme d’investissement sur la période 2010-2015, qui, rappelons-le, est censé l’aider à mieux négocier le virage infrastructurel et stratégique de ces dernières années. Jeudi 21 avril dernier, c’est un management serein qui a fait face à la presse. Il y a de quoi: l’office a rempli ses objectifs d’investissement à près de 88% dans le cadre du contrat-programme 2010-2015. Au terme de l’échéance, les proportions de financement mobilisées ont respecté les priorités initiales définies en 2010 par le contrat d’engagement et d’orientation des 32,8 milliards de DH calés pour le financement du CP. Sur les 20 milliards prévus pour le programme Ligne à grande vitesse (LGV), l’Office a investi quelque 17,2 milliards de DH sur ce chantier à fin 2015. «Ce qui porte la situation d’exécution du programme à 78%, pour une mise en service commerciale à partir de mi-2018», explique Mohamed Rabie Khlie, DG de l’ONCF. Les retards liés aux expropriations (90% des dossiers ont été réglés à l’amiable) et à la résiliation  de plusieurs contrats dans la conception des infrastructures (L’Italien Saleni, par exemple, sur le projet du viaduc de Loukkous, repris par la SGTM), ont pesé sur le calendrier de réalisation global de la LGV. Les travaux de génie-civil se poursuivent néanmoins sur un bon rythme, notamment ceux portant sur les ouvrages d’art, composantes importantes du projet. Le viaduc du Loukkous (Voir reportage photo), d’un investissement de 700 millions de DH, est à 80% d’achèvement et devrait être livré dans les trois prochains mois. Celui du Sebou est quasi finalisé, là où le viaduc d’El Hachef, le plus long jamais construit à usage ferroviaire sur le continent (3,5 km), est déjà sorti de terre depuis juillet dernier. Parallèlement, la mise en place de la plateforme progresse sur une moyenne quotidienne de 1 km (2X500 m) de voies posées. «Nous comptons relever la cadence à partir de septembre prochain, le temps de finaliser les dernières mises à disposition», explique un responsable de l’Office.
Sur le volet des infrastructures d’accueil, les études d’exécutions ont commencé pour l’ensemble des gares. L’analyse des offres pour les réalisations des trois gares est en cours. Quant au chantier du matériel roulant, le début de livraison des premières rames, en 2015, et l’inauguration de l’Atelier de maintenance des trains à grande vitesse de Tanger, ont permis à l’office de marquer quelques avancées majeures sur son agenda. A ce jour, l’avancement global du matériel roulant est de 74%. Cinq rames ont été livrées à l’atelier de maintenance de Tanger. Les essais dynamiques sur la ligne classique sont en cours et les essais à 300kmh seront lancés en février prochain.
Quant à la seconde grande partie de l’enveloppe 2010-2015 qui devait aller dans la remise à niveau du réseau existant (13 milliards de DH au départ), elle a été investie à près de 90%. Ce qui équivaut à un total de 12,2 milliards de DH injectés sur ce chantier. Cette modernisation passe aussi par le triplement de la voie sur l’axe Casablanca-Kenitra, le doublement de la ligne Settat-Marrakech et de la mise à niveau des liaisons Fès-Oujda et Sidi Kacem-Tanger, de la modernisation et du renforcement du matériel roulant existant.
Côté activité, l’office affiche une progression de 31% du volume de voyageurs transporté sur la période d’exécution du CP, pour totaliser quelque 220 millions de voyageurs à fin 2015. Ce qui équivaut à près de 100% des objectifs initiaux. C’est en 2015, en particulier, que le cap significatif des 40 millions de voyageurs/an a été franchi.
Sur le segment du fret, c’est quelque 212 millions de tonnes de marchandises convoyées, en hausse de 22% par rapport aux objectifs fixés. Ce qui correspond, à terme, à un chiffre d’affaires cumulé de 22 milliards de DH sur ce segment, en progression de 7% de 2010 à 2015. Quant aux agrégats financiers globaux, l’ONCF a clôturé le CP avec un résultat net cumulé de 422 millions de DH et une capacité d’autofinancement de 7 milliards de DH. En 2015, tous les segments ont contribué aux performances de l’Office sur cette activité (Voir puces). La dynamique est bien là…

Repères LGV

78% d’état d’avancement global de la
LGV Tanger-Kenitra
17,2 milliards de DH investis sur les
20 milliards prévus par le CP 2010-
2015
Mise à disposition de 98% du linéaire
total
Travaux de génie civil: 69%
Équipements ferroviaires: 53%
Fabrication des rames à grande
vitesse: 79%
Atelier de maintenance: 90%
Installations terminales de Tanger et
de Kénitra: 65%
Offre commerciale: 32%
Système d’exploitation: 40%

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc