×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par | Edition N°:4755 Le 20/04/2016 | Partager

■ Elle descend dans la fosse du tigre pour récupérer son chapeau
Tandis qu’elle se promenait au zoo de Toronto, une femme qui a fait tomber son chapeau dans la fosse la séparant de l’enclos d’un tigre de Sumatra a décidé d’aller le récupérer elle-même. Une inconscience qui a clairement scandalisé les autres visiteurs. Une équipée qui aurait pu mal se terminer. Le félin âgé de 7 ans n’avait en effet qu’une envie, c’est de faire de cette imprudente son déjeuner. Une prise de risque d’autant plus inutile que les parcs animaliers tels que celui de Toronto disposent de procédures et d’outils permettant de rattraper les objets hors d’atteinte... sans mettre en danger les visiteurs concernés et mettre l’eau  à la bouche des prédateurs.

■ Ils vont utiliser Snapchat… sur l’Everest
Ils vont monter à près de 8.000 mètres d’altitude, mais vous allez pouvoir les suivre de près. Cory Richards et Adrian Ballinger sont deux alpinistes qui se sont lancés un pari fou: réaliser l’ascension de l’Everest, le sommet le plus haut du monde, par sa face nord et surtout tout filmer sur l’application Snapchat pour permettre aux internautes de les suivre de très près. Les deux hommes ont démarré leur longue marche et leurs selfies sont à couper le souffle. Quelques jours après le début de leur périple, ils approchaient déjà de Lhotse, l’un des sommets périphériques de l’Everest. Les deux compères veulent réaliser leur ascension sans bouteille d’oxygène! Tandis que Adrian Ballinger a déjà atteint six fois le sommet de l’Everest, c’est néanmoins une grande première pour Cory Richards, photographe. Le plus haut sommet du monde est bien évidemment l’un des plus dangereux. En 2015, une avalanche a déjà fait 18 morts.

■ Une députée donne pour exemple son mari… arrêté le lendemain!
Dimanche dernier, une députée brésilienne faisait l’éloge de la gestion municipale de son mari lors du vote crucial sur la destitution de la présidente Dilma Rousseff. 24 heures plus tard, ce dernier était arrêté par la police pour corruption présumée. Ruy Muniz, maire de Montes Carlos dans l’Etat du Minas Gerais dans le sud-est, est soupçonné de «chercher à rendre impraticable le fonctionnement des hôpitaux publics» pour «favoriser une clinique privée» qui lui appartiendrait et serait gérée par certains de ses proches et associés, a expliqué la Police fédérale (PF) dans un communiqué. Or, un jour avant, son épouse, qui a voté avec une écrasante majorité de ses collègues en faveur de la destitution de la présidente, lui tressait des lauriers devant plus de 500 députés et des millions de Brésiliens regardant la télévision en direct!

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc