×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Festival gnaoua
Hommage au talent des anciens

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4755 Le 20/04/2016 | Partager
Le rendez-vous souiri se tiendra du 12 au 15 mai
Un hommage sera rendu au Maâlem Mahmoud Guinea et Doudou N’Diaye Rose
Au programme, exposition de Hassan Hajjaj, Forum citoyen du festival, l’Arbre à palabres…
maalem_mahmoud_guinea_055.jpg

Cette 19e édition rendra hommage aux anciens, notamment au grand Maâlem Mahmoud Guinea, décédé en août 2015 (Ph. Jarfi)

Les aficionados de musique gnaoua peuvent se réjouir car cette 19e édition propose comme chaque année depuis maintenant 19 ans une programmation toujours aussi riche et diversifiée et ce, tant au niveau musical que des autres rendez-vous. Le festival gnaoua et musiques du monde se tiendra cette année du 12 au 15 mai et invitera à nouveau à voyager au cœur de la ville d’Essaouira et de la culture gnaouie. Après la raison, place à l’âge de conscience, avec une édition qui rendra hommage aux anciens, aux grands qui ont ouvert la voie, tout en portant un regard vers la jeunesse.
Cette édition s’ouvrira sur un bel hommage à une figure emblématique du festival, le grand Maâlem Mahmoud Guinea qui nous a quittés en août dernier, sans qui cet évènement ne serait pas ce qu’il est devenu aujourd’hui. C’est lors d’un moment chargé en émotions que ce grand Maâlem avait remis son guémbri à son fils, lors du dernier festival. Un autre hommage sera rendu à un natif d’Essaouira, l’homme de théâtre, Tayeb Saddiki. Sans oublier le magicien du tambour sénégalais, Doudou N’Diaye Rose. Mokhtar Guinea, frère de Mahmoud,  sera rejoint par 12 percussionnistes, enfants de Doudou pour un concert en hommage à l’Afrique des talents, à laquelle s’ajoutera la voix de la diva Rachida Talal. La fête sera encore au rendez-vous avec la célèbre parade d’ouverture qui donnera le coup d’envoi du festival. Le temps d’une véritable parade «made in gnaoua», se mêleront à la foule les musiciens des troupes gnaouas venus des 4 coins du Maroc. Les mélomanes pourront à nouveau apprécier les concerts fusions, jazz et world music. Avec au programme cette année Maâlem Mohamed Kouyou qui invite le Jeff Ballard Trio des Etats-Unis, Maâlem Hassan Boussou et Jamaaladeen Tacuma également des Etats-Unis. Autre concert, celui de Maâlem Abdelkébir Merchane et Issaoua de Fès pour une fusion Maroc/Maroc habitée par le pouvoir du folklore. Par ailleurs, les musiciennes espagnoles Las Migas mêleront la force flamenca à un jeune gnaoui habitué de la fusion, Mehdi

gnaoua_festival_055.jpg

Comme chaque année, la parade d’ouverture est un moment haut en couleurs à ne pas manquer durant lequel défilent les gnaouas venus de tout le Maroc  (Ph. Jarfi)

Nassouli. En clôture, un concert qui promet d’être un grand moment musical. La légende Mohamed Derham invitera Nabil Khalidi, Maâlem Mustapha Baqbou et Omar Sayed pour un hommage en musique à l’enfant terrible d’Essaouira, Tayeb Saddiki. D’autres artistes seront également présents comme Blitz the Ambassador, N3rdistan ou encore Hoba Hoba Spirit.
Pour la 3e année consécutive, le festival avec le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) consacrera son forum à l’Afrique sous le thème des «Diasporas africaines: racines, mobilités, ancrages» les 13 et 14 mai.
En marge du festival gnaoua, l’exposition de celui que l’on appelle «Le Andy Warhol de Marrakech», Hassan Hajjaj. Il présentera «Colors of Gnaoua», le fruit d’une rencontre avec l’artiste Marouane Lbahja qui a sillonné le Maroc afin de rencontrer d’anciens Maâlems que Hajjaj mettra en scène. L’exposition qui aura lieu au Bastion sera également accompagnée d’un livret qui revient sur la genèse du projet. Egalement au programme, une lila «Colors of gnaoua» à Dar Loubane sera animée par les 10 gnaouis centenaires.
L’Arbre à palabres, autre rendez-vous incontournable de l’évènement, est une rencontre qui se tient sur un toit au cœur de la médina d’Essaouira, celui de l’Institut français. Cette activité permet au public de venir échanger avec des célébrités autour d’un thé avant d’assister aux concerts prévus en début de soirée. En quelques chiffres, cette édition proposera de découvrir durant 4 jours, plus de 30 concerts de près de 300 artistes venus de 6 pays, 3 continents (Amérique, Europe, Afrique) sur 6 scènes.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc