×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Dopage sportif: Une réalité bien présente

    Par L'Economiste | Edition N°:4741 Le 31/03/2016 | Partager
    cdi_cari_cl_041.jpg

    ■ Le Maroc largement concerné
    L’âge d’or de l’athlétisme marocain est définitivement révolu. C’est en tout cas ce que l’on apprend dans votre article sur le sujet paru le 22 mars dernier. Non seulement il n’y a plus de performance au niveau des compétitions, mais en plus les athlètes marocains sont de plus en plus associés à des scandales de dopage.
    Ainsi, pas moins de 60 contrôles positifs ont été recensés en l’espace de dix ans, ce qui n’est pas rien ! Je pense que le royaume doit clairement renforcer sa politique antidopage qui est à mon avis insuffisante. Il faut également à mon sens aussi développer l’éthique et les valeurs de ce sport.
    H.S.

    ■ Ifrane, un Eldorado pour les athlètes
    Le dopage sportif représente un phénomène qui se propage de plus en plus au sein du Royaume. En effet, ces dernières années, le sport marocain, plus précisément l’athlétisme, a enregistré plusieurs cas de dopages. La ville d’Ifrane est notamment devenue un Eldorado pour ces athlètes. Dans ce sens, je vous félicite pour la publication d’un article qui a évoqué de manière exhaustive ce phénomène.
    En revanche, en tant que lecteur fidèle de L’Economiste, j’aurais aimé lire les propositions de spécialistes pour pouvoir éradiquer ce fléau.
    B.P.

                                                                           

    ■ Forum national du handicap: Une avancée majeure
    J’ai beaucoup apprécié votre article sur la tenue de la 8ème édition du Forum national du handicap. L’évènement, qui se tiendra du 29 mars au 1er avril à Sala Al Jadida, comportera conférences, rencontres scientifiques ainsi que de nombreuses activités sportives, artistiques et médicales. Objectif : dresser le bilan puis dévoiler les bonnes pratiques dans le domaine de la prise en charge des personnes en situation de handicap. Je pense personnellement que les handicapés, nombreux au Maroc, ne sont pas suffisamment assistés. Il faudrait créer davantage de structures mais également de métiers allant dans ce sens. Dans d’autres pays, par exemple, les transports publics sont adaptés aux handicapés. Lors d’un voyage en France, j’ai été témoin d’une scène qui m’a particulièrement marqué. Un autobus était équipé des moyens nécessaires pour permettre son accès à une personne en chaise roulante. Sans le moindre effort, la personne en question est parvenue à entrer dans le véhicule au moyen d’une passerelle spécifiquement conçue à cet effet. Il faut réellement se donner les moyens d’aider les handicapés encore beaucoup trop marginalisés à se fondre dans la masse et à évoluer en toute sécurité dans notre société. L’Etat et les organismes sociaux doivent réagir et redoubler d’efforts pour faciliter le quotidien de ces citoyens.
    G.O.

                                                                           

    ■ L’horaire continu à la sauce marocaine
    A qui profite l’horaire continu? Aux citoyens qui sacrifient leur pause de midi pour se rendre à une administration qu’ils trouvent vide de ses responsables? Au trafic en ville qui subitement devient infernal entre 12h et 14h? A l’administration elle-même qui perd en efficience? Oui, il existe des gens consciencieux qui respectent leurs horaires et engagements. Mais combien de nos fonctionnaires quittent leur poste pendant au moins deux heures pour partir «déjeuner», tout en terminant leur journée à 16h30 pile. Ce sont en fait les grands gagnants de cet horaire. Ils en font ce que bon leur semble sans être questionnés. Ce manque de conscience professionnelle est consternant. Le silence des responsables l’est encore plus.
    A.N.

    ■ Marche contre le cancer: Un grand bravo !
    Une marche pour redonner espoir aux personnes atteintes du cancer ? Mais quelle bonne idée ! L’évènement, proposé par le Rotaract Club de l’Ecole nationale de commerce et de gestion d’El Jadida (ENCGJ), se tiendra le 3 avril à l’ancienne Mazagan. Je pense qu’il faut multiplier ce genre d’initiatives. En effet, le cancer se soigne en grande partie grâce à l’optimisme de la personne et à un bon état d’esprit. Il faut à mon sens continuer à lutter contre la maladie et à encourager les malades à ne pas baisser les bras. Restons actif !
    F.P.

                                                                           

    A propos du tourisme

     A la lecture de l’édito intitulé «décroissance» datant du 30 mars dernier et pour complément de réflexion-information sur le dossier tourisme en particulier, et sur la base de mes analyses au sein de la Confédération du tourisme, il m’apparaît que les contre-performances actuelles du tourisme ne sont pas le seul fait de la crise financière et de l’instabilité géopolitique. Elles sont aussi le fruit du désintérêt, voire de l’opposition du gouvernement, et plus particulièrement du chef du gouvernement, au secteur du tourisme, secteur qu’il considère «nuisible» à la société et qu’il résume littéralement en secteur «couscous». Aussi, il le laisse «mourir de sa belle mort», à défaut de pouvoir s’y attaquer de façon frontale. Preuve en est que, sous la pression des professionnels, le ministre «en charge» a été forcé de faire passer tout récemment, après 15ans de retard, le projet de décret sur le Conseil national du tourisme, initié en 2001. Mais il faut savoir que cette instance devait, dans l’esprit de la Vision initiale 2010, être une Haute autorité indépendante, (et non un Conseil), devant réguler la stratégie. Sa direction devait être indépendante. Or le texte qui a été adopté tout récemment en conseil de gouvernement en a fait un «Conseil national»  (de plus), véritable auberge espagnole comportant tous les ministères et administrations du Maroc, et placé sous l’autorité de qui? Du Chef du gouvernement!!  Avec un Secrétariat Permanent qui sera dirigé par qui? Par le ministre du Tourisme, lui-même choisi par le Chef du gouvernement. Et nous savons tous que les prochaines élections donneront très probablement lieu à la même majorité qu’aujourd’hui. Aussi, et sans vouloir paraître trop pessimiste, et à moins que ce Conseil ne sorte par miracle des griffes du gouvernement, ce n’est pas demain la veille que nous pourrons rallumer la flamme du tourisme marocain qui emploie plus d’1 million de personnes dans ce pays.
    Pour moi, aujourd’hui le tourisme marocain  est otage du PJD… Sachez qu’aujourd’hui la situation de l’investissement touristique est déjà au point mort…
    Samir K.

                                                                           

    ■ L’impact de l’heure d’été sur la sexualité… selon le PJD
     En début de semaine, Abdelhamid Choukairi Dini, membre du Conseil national du PJD, a provoqué une polémique ridicule au sujet du passage à l’heure d’été. Pour le dirigeant influent du parti islamiste, le fait d’avoir ajouté une heure perturbe les prières. Pour le dirigeant politique, après les ébats sexuels nocturnes et diurnes, ils n’ont plus le temps de procéder à leurs ablutions pour pouvoir faire leurs prières. Après avoir posté ce message sur Facebook, il a été la risée de tous les internautes. Mais les éléments féminins du PJD ont volé à son secours. Voulant ridiculiser les pourfendeurs de l’islamiste, elles les ont titillés en prétendant qu’ils ne sont pas aussi virils que les membres du PJD. Pourquoi les islamistes, qu’ils soient du Maroc ou d’ailleurs, se ridiculisent-ils toujours en ramenant tout à la sexualité? Pourquoi traitent-ils toujours de mécréants ceux qui ne partagent pas leurs points de vue, sachant que la Constitution garantit la liberté de culte?
     J.A.

    ■ Chantier de projets sportifs à Fès-Meknès: Une démarche à encourager
    La région Fès-Meknès accueillera tout un chantier de projets sportifs dans les mois à venir. Ainsi, la réalisation d’une salle omnisport est prévue à Fès. Des complexes socio-sportifs devraient également voir le jour à Ain Chkef et Moulay Yacoub et quatre autres à Meknès. Mais le projet le plus important est celui de l’aménagement du village d’Ifrane. Ce dernier comprendra une salle pour les jeux Olympiques, une piscine couverte, une piste de ski ainsi qu’un centre de santé ! Et ce n’est pas tout! Des partenariats devraient être développés pour la recherche de ressources financières de soutien aux jeunes, aux enfants et aux femmes. Je pense que tous ces projets sont essentiels pour le Royaume. Ils contribueront à favoriser l’accès au sport au plus grand nombre et d’améliorer les performances et la compétitivité du sport marocain.
    H.O.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc