Culture

«La Vache»: Un road movie qui vous veut du bien

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4734 Le 22/03/2016 | Partager
Rencontre avec l’équipe du film
Sortie nationale le 23 mars
la_vache_film_034.jpg

La Vache est le deuxième film du réalisateur Mohamed Hamidi. Le long métrage connaît un franc succès en France et a déjà remporté 3 prix lors du festival de l’Alpe d’Huez

Depuis sa sortie en France en février dernier, le film du réalisateur Mohamed Hamidi (Né quelque part) a dépassé le million d’entrées, une belle surprise pour l’équipe du film, qui a déjà remporté 3 prix lors du festival de l’Alpe D’Huez. «La Vache» a d’ailleurs déjà commencé à récolter ses lauriers au Maroc. Le film a été accueilli sous les applaudissements du public marocain après avoir été présenté au premier festival du film français en avant-première et en présence, non seulement de l’équipe, mais aussi de Jacqueline, la vache.

Le film raconte le périple de Fatah (Fatsah Bouyahmed), petit paysan algérien qui n’a d’yeux que pour sa vache. Jacqueline est une tarentaise qu’il rêve d’emmener au Salon de l’agriculture de Paris. Lorsqu’il reçoit son invitation devant tout son village ébahi, lui qui n’a jamais vu la France  décide de prendre le bateau, direction Marseille. Il traverse alors tout l’Hexagone à pied  pour se rendre à Porte de Versailles. Un voyage plein d’aventures humaines au cœur d’une France parfois idéalisée… Cette comédie de Mohamed Hamidi donne pour la première fois un premier rôle à Fatsah Bouyahmed, un comédien habitué du Marrakech du Rire, et aussi connu pour avoir donné la réplique à Jamel Debbouzze, notamment dans le sketch «TéléSacha» et bien d’autres. Un rôle de blédard qu’il endosse à la perfection. Il a d’ailleurs même coécrit le scénario avec le réalisateur pour encore mieux l’interpréter. A ses côtés, Lambert Wilson incarne un aristo fauché très vieille France et dans le rôle du cousin antipathique, Jamel Debbouze, un personnage qu’il a pris beaucoup de plaisir à jouer. Côté musique, le réalisateur a fait appel au célèbre trompettiste, Ibrahim Maalouf, pour signer la bande originale du film. Une musique inspirée de celle de Kusturica dont il est fan. «Je voulais une musique de voyage teintée de sonorités orientales. Ibrahim a tout de suite compris ce que j’avais en tête», souligne Hamidi.

Cette comédie attendrissante est un «feel good movie» avec un casting équilibré qui fonctionne à merveille, bien que des acteurs comme Lambert Wilson et Jamel Debbouze soient en second plan. Rythmée par des dialogues hilarants et un humour bon enfant rappelant celui de Bourvil, «La Vache» est le genre de film humaniste et fraternel dont la société a besoin en ces temps pas toujours propices au vivre-ensemble.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc