×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

La France peine à consolider sa compétitivité

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4727 Le 11/03/2016 | Partager
Coût du travail, complexité administrative et fiscale … les points faibles

«Même si la France a gagné en compétitivité, de nombreux défis restent à relever», constate une nouvelle étude de France Stratégie (un organisme de réflexion placé auprès du Premier ministre). C’est grâce en partie à la mise en place du Pacte de responsabilité et du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) qu’un rééquilibrage s’est dessiné. Les entreprises ont aussi profité de ces mesures, qui ont réduit le coût du travail de 6% (Le Figaro France du jeudi 10 mars 2016).  En 2015, la France avait gagné une place dans le classement mondial de la compétitivité, publié par le Forum économique mondial (WEF). Pour la onzième édition de ce palmarès, l’Hexagone s’est hissé à la 22e place sur 140 pays. «Les parts de marché se sont stabilisées, le déficit commercial a diminué et l’écart de compétitivité-coût avec l’Allemagne s’est réduit», résume l’étude de France Stratégie. Mais, les parts de marché des voisins européens évoluent positivement aussi. Cela s’est traduit par une moindre compétitivité de Paris! France Stratégie (qui publie chaque semaine une note sur les enjeux pour la décennie 2017-2027, à l’approche de l’élection présidentielle) revient aussi sur les obstacles à la concurrence. Les exportations françaises augmentent toujours moins vite que celles de l’Allemagne, de l’Italie et de l’Espagne. Même si, les parts de marché se sont stabilisées après une forte dégradation dans les années 2000. En 2015, la France a cédé aux Etats-Unis sa place de premier partenaire commercial de l’Allemagne.  Mouvements de taux de change et vigueur de l’économie américaine expliquent pour l’essentiel cette évolution.
De leur côté, les investisseurs étrangers pointent certaines faiblesses françaises. Ils citent parmi les points noirs: «le coût du travail, la complexité administrative et fiscale, la conflictualité du dialogue social, la rigidité du temps de travail…». Globalement, l’attractivité pour les investissements se dégrade par rapport à celle de l’Allemagne et du Royaume-Uni. De surcroît, la compétitivité-coût se trouve menacée par la concurrence de l’Espagne et de l’Italie qui se sont engagées dans une «modération salariale plus vigoureuse». L’enjeu principal reste le renforcement de la compétitivité hors coût. La France est appelée aussi à améliorer la qualité de ses exportations. Pour cela, le pays devra consolider sa productivité tout en mettant l’accent sur l’innovation, estime France Stratégie. Le défi est tel que la concurrence exercée par les économies émergentes devra s’accentuer. Autre sujet d’inquiétude, l’Hexagone souffre d’un manque de compétences et de qualifications outre une qualité du management insuffisante. Enfin, les entreprises françaises n’ont pas encore adopté les nouvelles technologies et le numérique, regrette France Stratégie.

Hausse des défaillances d’entreprises

LE nombre de défaillances d’entreprises en France a augmenté de 1,1% en 2015, en raison principalement de celles des microentreprises (+2,1%), selon la Banque de France (BdF). Au total, 63.108 défaillances ont été enregistrées sur les douze mois de l’année, contre 62.439 en 2014. Sont particulièrement concernés les secteurs hébergement-restauration (+8,2%) ainsi que l’enseignement-santé-action sociale-services aux ménages (+6,9%).

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc