×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Mutandis tient à son introduction en Bourse

Par L'Economiste | Edition N°:4723 Le 07/03/2016 | Partager
Les négociations avec le régulateur reprennent dans un mois
Les bénéfices ont bondi de 25% en 2015

Les résultats de Mutandis ont de quoi rassurer les investisseurs qui comptent miser sur le groupe lors de son introduction en Bourse. Le groupe espérait une IPO avant la fin de l’année 2015. Le sésame du gendarme de la Bourse, tant attendu, ne lui a finalement pas été attribué. L’étude du dossier s’étant arrêtée au juridique, à cause de la non-conformité des statuts aux lois sur les sociétés. Mais l’industriel tient à son projet IPO. Les négociations reprendront, dès la clôture des comptes 2015 et la tenue de l'assemblée générale. «Les travaux devraient reprendre dans un mois environ», révèle Adil Douiri, président du groupe. Pour les besoins de ce projet, Mutandis a préféré ne conserver que les activités industrielles de produits de consommation courante (soit les détergents, les produits de la mer et les bouteilles alimentaires). Cette restructuration devrait, selon le management, garder une certaine cohésion de l’activité du groupe et ainsi faciliter l’élaboration des résultats prévisionnels. Le holding s’est donc séparé de son activité automobile et d’un certain nombre de placements financiers, non stratégiques. «Il s'agit soit de participations minoritaires dans des entreprises cotées en Bourse (Brasseries du Maroc notamment), soit de terrains ou de foncières à revenu locatif», explique le président. Après la cession de ces actifs, le chiffre d’affaires du groupe est resté quasi inchangé. Il ressort à 1,4 milliard de DH à fin 2015, en baisse de 10,9%.

Par contre, en gardant les branches à forte valeur ajoutée, l’excédent brut d’exploitation a grimpé, de son côté, de 10,1% à 157 millions de DH. Les détergents figurent parmi les top performers du holding. L’année 2015 a été particulièrement favorable pour cette branche qui a enregistré un EBE de 65 millions de DH. Une petite baisse de régime a été notée au niveau des produits de la mer. «Les volumes ont été plutôt moins bons qu'espéré», souligne Douiri. En cause, l’immobilisation d’un navire de pêche pélagique côtière pendant le 1er semestre. Mais les marges unitaires ont été meilleures que l'année précédente grâce à la baisse des coûts des huiles végétales et de l'énergie.La branche affiche au terme de l’exercice 2015 une rentabilité de 46 millions de DH. Le scénario est tout autre pour les bouteilles alimentaires. Avec une légère progression des volumes, l’unité a généré un résultat d’exploitation de 33 millions de DH. Par contre, le mix produit a été moins favorable (moins de produits à marge élevée et plus de produits à moindre marge). Le groupe industriel a pu au final dégager un bénéfice net de 70 millions de DH à fin 2015. Il a bondi de 25% par rapport à 2014.Aujourd’hui, Mutandis réalise un peu plus de 21% de son chiffre d’affaires à l’international principalement dans les bouteilles alimentaires et depuis peu dans les détergents. La branche des produits de la mer, par contre, a connu les mêmes couacs que sur le marché local. Présent en Mauritanie, Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Cameroun, les revenus du groupe en Afrique se sont élevés à 244 millions de DH en 2015.

                                                                       

Verbatim

 

- L'activité de distribution automobile suivra son chemin séparément.
- Les Anglos-Saxons insistent pour séparer ce qui est appelé sur les Bourses internationales: «Consumer non durables» de «consumer durables».
- Mutandis est donc désormais spécialisé dans les biens de consommation non durables, en suivant le modèle Procter & Gamble ou Unilever.
- Cette spécialisation améliore la facilité de prévision des chiffres d'affaires et des résultats nets futurs.
- Sur les 139 millions de DH d'EBE consolidé (hors activité automobile), les détergents y ont contribué à hauteur de 47%, suivis des produits de la mer (33%), et 24% au titre des bouteilles alimentaires.
- Les détergents Magix commencent leurs premières ventes en Mauritanie et au Sénégal… S’ils n’enregistrent que de petits chiffres aujourd'hui, leur potentiel est très élevé… Les résultats 2016 devraient progresser.

 

A. Lo

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc