Entreprises

Nador West Med
SGTM décroche le méga-marché

Par Amin RBOUB | Edition N°:4703 Le 08/02/2016 | Partager
Le groupe marocain et le Turc STFA dans le consortium en charge de l’aménagement du complexe
Prochaine étape: Démarrage de l’aménagement-construction de la phase 1

Tout l’enjeu de ce complexe consiste à repositionner le Maroc dans les flux maritimes régionaux, l’approvisionnement en hydrocarbures et surtout toutes les synergies possibles avec Tanger Med (Ph. L’Economiste)

Les adjudicataires de Nador West sont désormais connus. Comme nous l’avions annoncé en exclusivité (cf. L’Economiste du vendredi 5 février), le mégaprojet Nador West  Med sera construit par un consortium mené par le groupe turc STFA, la Société générale des travaux  (SGTM) et le luxembourgeois JDN. L’annonce officielle sera rendue publique incessamment. De sources proches du consortium qui a remporté le marché, le groupement a présenté l’offre la moins disante (quelque 7,6 milliards de DH). Les autres soumissionnaires concurrents, notamment Samsung C&T, Archirodon-Daewoo ou encore Somagec-Boskalis et Acciona-GLF-IPC ont présenté des offres beaucoup plus élevées, soit respectivement (11,15 milliards, 10,4 milliards, 9,26 et 9,20 voire 9,13 milliards de DH). Le méga-chantier Nador West porte sur l’aménagement progressif d’une plateforme portuaire sur la côte méditerranéenne (côté Oriental).  Il s’agit d’un complexe industriel et portuaire intégré, qui offre des infrastructures portuaires en zone franche. Un projet qui a été très suivi par des majors chinois, turcs, coréens… Le projet sera construit dans le site stratégique de la baie de Betoya (20 km de Nador), situé sur la façade Ouest du Cap des Trois Fourches non loin du détroit de Gibraltar et en face des principales routes maritimes Est-Ouest des trafics conteneurs et produits pétroliers. Une fois opérationnel, ce complexe portuaire devra accélérer le développement économique de l’Oriental, renforcer le positionnement voire la compétitivité maritime et portuaire du Maroc et assurer l’approvisionnement en produits énergétiques. La 1ere phase de ce projet gigantesque porte sur la réalisation de la digue  principale, la digue secondaire, trois postes pétroliers, un quai à conteneurs, un quai destiné au charbon, un poste roulier… Le démarrage des travaux est en principe programmé juste après l’attribution du marché. Quant à l’achèvement des travaux de construction, il est prévu pour fin 2020. Le plan d’actions 2016 consiste justement à réaliser les études liées à la zone franche, le zoning, l’aménagement ainsi que le démarrage des travaux de l’infrastructure portuaire. Tout l’enjeu de ce complexe consiste à repositionner le Maroc dans les flux maritimes régionaux, l’approvisionnement en hydrocarbures et surtout toutes les synergies possibles avec Tanger Med. Le tout dans un contexte de redistribution des flux logistiques  et de la recrudescence des échanges vers l’Afrique.
A.R.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc