×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Agadir/Affaire du Sofitel
Les prévenus interdits de quitter le territoire

Par L'Economiste | Edition N°:4673 Le 22/12/2015 | Partager
Escroquerie, abus de confiance…les chefs d’accusation
Le directeur financier serait le seul responsable

Le détournement de fonds au Sofitel Agadir tient en haleine toute la ville. Dans cette affaire qui a éclaté au grand jour, plusieurs personnes sont impliquées (Ph. L’Economiste)

Le détournement de fonds que l’hôtel Sofitel Agadir a connu tient en haleine toute la ville. Dans cette affaire portée devant le tribunal de première instance, plusieurs personnes seraient impliquées. Des arrestations ont même eu lieu. Or, l’affaire prend une autre tournure lorsque «le directeur financier de l’établissement avoue aux enquêteurs sa seule responsabilité dans ces trous de comptabilité», explique une source très proche du dossier. Suite à cet aveu, les autres prévenus ont été mis en liberté. Il faut préciser que les «trous» dans la comptabilité ont été mis à jour par un audit réalisé par le groupe Accor. Questionné sur son manque de réactivité face au déséquilibre comptable que la structure connaît, le directeur de l’hôtel répliquera «qu’il n’a pas voulu porter plainte de lui-même et qu’il attendait les instructions de la société-mère, après un mail qu’il lui avait adressé». Le montant détourné avoisine les 30 millions de DH, nous apprend la même source. En fait, pour couvrir les charges, «le directeur financier aurait augmenté le montant de la TVA». Ayant libellé trois chèques sans préciser les noms des bénéficiaires, il a aussi été accusé d’escroquerie et de falsification de documents bancaires. D’autant plus que, «l’une des deux signatures apposée sur les documents aurait été falsifiée», est-il indiqué. En fait, tous les chèques doivent être signés par le directeur financier et le directeur général. Or, «ce dernier a nié les avoir signés et crie à la falsification de sa signature», précise la source. Pour précision, les trois chèques ont été tirés par trois sociétés différentes, pour des prestations qu’elles auraient présentées. Les chefs d’accusation contre les accusés sont «escroquerie, abus de confiance envers son employeur, complicité et falsification de documents bancaires». Pendant les interrogatoires, les comptables ont avoué être conscients de l’illégalité des actes mais, ont ajouté qu’ils ne faisaient qu’appliquer les ordres de leur supérieur hiérarchique. Toutes les personnes impliquées dans ce scandale, notamment le directeur général, sont interdits de quitter le territoire jusqu’à l’issue de l’affaire.
De notre correspondante,
Fatiha NAKHLI
 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc