×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tanger-Métropole: Les chantiers n’arrêtent pas

    Par L'Economiste | Edition N°:4669 Le 16/12/2015 | Partager
    La voirie s’améliore avec le lancement de nouveaux projets
    Plus de 2.000 places de parkings souterrains prévues
    La corniche n’est pas épargnée

    Après l’entrée en service de plusieurs projets lancés en 2014,

    Les chantiers des parkings souterrains en centre-ville ont démarré avec celui de la Place des Nations. Il devra accueillir un peu plus de 400 voitures d’ici la fin de l’été (Ph Adam)

    Tanger vient d’entamer d’autres chantiers, dans le cadre du projet global de mise à niveau intégrée Tanger-Métropole. Parmi les plus importants figurent la réalisation de plusieurs travaux de voirie dont des trémies. La première est située sur l’Avenue Moulay Slimane et elle devra aider à réguler la circulation au niveau de l’intersection avec la route de Rabat. Il s’agit d’un important nœud de connexion par lequel transitent des milliers de véhicules chaque jour. S’il est moins fréquenté que la trémie de la Place de la Ligue arabe (entrée en service en juillet dernier), il n’en reste pas moins aussi important puisqu’il dessert les nouveaux quartiers périphériques sur la route de Rabat et surtout les zones industrielles de la Zone franche aéroportuaire et de Gzenaya. Cette nouvelle trémie est située sur le prolongement d’un ouvrage d’art, lui aussi récemment inauguré, celui du dédoublement du pont de Bendibane, un véritable point noir qui agissait comme un goulet d’étranglement. Le centre-ville n’est pas épargné par cette euphorie de mise à niveau urbaine, où une troisième trémie est prévue mais aussi des travaux pour divers parkings souterrains.
    L’un d’eux sera situé Place des Nations où les travaux ont démarré il y a quelques semaines par la mise en place du chantier. Il s’agira d’installer un parking pouvant accueillir près de 410 places sous les dalles de cette place emblématique. Un peu plus loin, d’autres travaux devraient être lancés pour un autre parking de taille similaire Place du 9 Avril. Pour ces deux infrastructures, il s’agit de répondre à un problème aigu, celui du manque de places de stationnement. La ville de Tanger a hérité d’une architecture ancienne avec des rues très étroites ce qui limite leur capacité à absorber la demande, surtout au quartier administratif où un autre parking de 130 places sera lancé prochainement.
    D’autres aussi seront lancés prochainement comme celui de l’esplanade de la mosquée Mohammed V (250 places), par exemple. Au total ce sont près de 2.680 places qui sont prévues dans le cadre d’un partenariat public-privé qui prévoit la mise en place de 16 parkings en sous-sol et un investissement prévu de 553 millions de dirhams. Cette capacité sera épaulée par l’aménagement de parcs de stationnement à ciel ouvert d’une capacité supplémentaire de 3.244 places.

    Les balnéaires de la corniche cèdent la place momentanément aux pelleteuses. Ils devaient rejoindre leurs sites dès l’été prochain (Ph. Adam)

    12 d’entre eux seront localisés à la corniche de Tanger qui connaît en été un très fort engouement et dont certains ont été terminés, leur entrée en service ne devrait pas tarder.
    C’est justement à la corniche où les travaux de mise à niveau ont été les plus suivis.
    Les balnéaires dont regorgeait la corniche tangéroise ont commencé à être rasés dès les derniers jours du mois de novembre. Selon plusieurs sources, il s’agira de boucler la rénovation de la corniche de Tanger, dans le cadre du plan Tanger-Métropole et la finalisation du programme des parkings souterrains. D'aprèsles opérateurs en charge de ces balnéaires, une promesse leur a été tenue de pouvoir regagner leurs sites dès l’été prochain. L’objectif est de fluidifier et d’améliorer la circulation sur les axes d’accès et au centre de la ville de Tanger pour améliorer la vie de ses habitants et de ses visiteurs.
    A rappeler que Tanger-Métropole est un projet intégré et multidisciplinaire destiné à améliorer le cadre de vie avec des projets dans des domaines divers comme l'urbanisme ou la culture en passant par la santé et le commerce. L'enveloppe globale prévue est de 7,66 milliards de dirhams. Les projets, dont une grande majorité ont déjà été lancés, devraient s'étaler jusqu'en 2017.

     

    La périphérie aussi

    Un autre projet dans le pipe celui de l’échangeur devant relier le quartier Bni Makada et la future zone industrielle de Aïn Dalia à l’autoroute Rabat-Tanger.
    Il s’agit de la réalisation d’un échangeur au niveau de l’autoroute Rabat-TangerMed et d’une pénétrante de 6,2 km en deux voies, l’aménagement d’espaces verts et de trottoirs, la mise en place du mobilier urbain et l’extension du réseau d’éclairage public le long des nouvelles voies. Il devra permettre d'alléger la pression sur les différentes entrées de la ville, d'améliorer l'accès aux zones industrielles et logistiques et de renforcer la sécurité routière.

    De notre correspondant, Ali ABJIOU

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc