×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

La COP21 rassemblera toutes les «Nations Unies»

Par L'Economiste | Edition N°:4656 Le 27/11/2015 | Partager
Aucun désistement enregistré jusqu’à présent
La France rétablit les contrôles aux frontières
Une chaîne humaine et des marches en parallèle

La France s’apprête à accueillir la 21e conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21) sur le site du Bourget à partir du lundi 30 novembre. Cent quarante-sept chefs d’Etat et de gouvernement, dont l’Américain Barack Obama et le Chinois Xi Jinping, sont attendus au premier jour de la conférence qui tentera de sceller un accord universel contre le réchauffement climatique. Après les attentats à Paris le vendredi 13 novembre (130 morts), le président américain avait appelé les dirigeants de tous les pays à participer, comme lui, à la COP21 pour montrer que le monde n’a pas peur des terroristes.
L’état d’urgence est décrété en France pour trois mois. Dans un contexte de menace terroriste élevée et de risques d’actions violentes ou médiatiques pesant sur la COP 21, la réussite de la conférence passe aussi par sa sécurisation optimale. Depuis le 13 novembre, comme l’accord Schengen lui en donne la possibilité, la France a rétabli les contrôles à ses frontières. «Ces contrôles se poursuivront aussi longtemps que la menace terroriste le nécessitera», a indiqué Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur (http://www.interieur.gouv.fr/), lors de la conférence de presse sécurité COP 21 organisée le 25 novembre.
A Paris, tout un dispositif sécuritaire impressionnant est mis en place. Cette situation implique une organisation particulière des flux de circulation entre la capitale, le centre de conférence du Bourget et les aéroports parisiens. Des restrictions importantes de circulation seront nécessaires. Les particuliers sont invités à ne pas utiliser leur voiture personnelle (dans la mesure du possible) pour préférer les transports en commun. Pour leur part, les entreprises sont invitées à reporter les livraisons non indispensables et à faciliter le télétravail de leurs employés.
Une chaîne humaine passera devant la salle de concert du Bataclan, l’un des lieux des attentats du 13 novembre. Après l’interdiction des défilés sur le climat par le gouvernement français à la suite des attentats, les mouvements Attac et Alternatiba ont appelé les manifestants de Paris à se tenir la main sur le trottoir entre 11H00 et 12H00 GMT, le long du boulevard Voltaire sur environ deux kilomètres.
Avant la conférence climat de Paris, les organisateurs annoncent 2.000 événements dans une centaine de pays, et notamment 57 marches, pour réclamer un accord à Paris contre le réchauffement mondial.

Les engagements attendus

La conférence de Paris doit tenter de limiter à 2 degrés la hausse du thermomètre par rapport à l’ère préindustrielle, pour éviter des impacts irréversibles sur les écosystèmes et les économies (cyclones, sécheresses, chute des rendements agricoles, extinction d’espèces...). Le projet d’accord rédigé par les négociateurs de l’ONU au terme de leurs discussions devrait être remis le 5 décembre au président de la COP afin d’être examiné à partir du 7 au niveau ministériel. Pour les experts de la Banque mondiale, le Maroc montre l’exemple en adoptant des stratégies de croissance verte et solidaire basées sur une meilleure gestion des ressources naturelles. Dès 1995, le Royaume a signé la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Il a également ratifié en 2002 le protocole de Kyoto, et mis en place en 2009 un plan national contre le réchauffement climatique. Rabat s’est aussi engagé à réduire de 32% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. La Banque mondiale vient de révéler le Business plan pour le climat en Afrique d’une valeur de 16 milliards de dollars pour relever les défis climatiques urgents.

Fatim-Zahra TOHRY

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc