×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    Le nouveau visage surprenant du Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:4627 Le 14/10/2015 | Partager
    La moyenne d’enfants par femme en recul: 2,21 mais 2,01 en ville!
    Le HCP décrypte les premiers enseignements du recensement

    Les deux tiers de la population vivent désormais dans les villes.  Une situation exacerbée par l’exode rural

    ■ La taille des ménages rétrécit: En moyenne, chaque ménage compte 4,6 personnes en 2014 contre 5,24 il y a dix ans. Ce rétrécissement s’explique par la baisse du taux de fécondité de la femme et par conséquent, du nombre d’enfants par ménage. Une transition démographique qui traduit une rupture structurelle des choix des ménages. Cela pourrait signifier qu’une partie importante du revenu est affectée à l’éducation et la formation des enfants.
    En moyenne, 16,2% des ménages sont dirigés par des femmes (1,18 million). En ville, cette proportion est de 18,5% et 11,8% dans les zones rurales. Explication: près de deux femmes sur deux dans ce cas, sont veuves (60%) et une femme sur sept (14,7%) est divorcée.
    ■ La fécondité décroche en milieu urbain: La transition de la fécondité se poursuit, tirée dorénavant par le milieu rural. Le nombre moyen d’enfants par femme (indice synthétique de fécondité) s’établit à 2,21. A noter une évolution structurelle majeure, en ville: la fécondité est désormais passée en dessous du seuil de renouvellement de générations. L’indice synthétique de fécondité y est de 2,01 en 2014, soit un recul de 0,14 point en dix ans. Ce qui va avoir des implications en termes d’infrastructures scolaires et des effectifs d’enseignants, entre autres. En milieu rural, la baisse du nombre moyen d’enfants par femme est tout aussi spectaculaire: 2,55 en 2014 contre 3,10 en 2004. Pour le HCP, la convergence villes et campagne ne serait qu’une question de temps et devrait intervenir dans les prochaines années.
    Il y a de plus en plus de mariages. Le HCP ne précise pas l’âge moyen du premier mariage mais relève cependant une forte baisse du célibat. Ce qui constitue une surprise au regard des difficultés du marché de l’emploi et du logement, notamment dans les grandes villes. La proportion des célibataires chez les hommes est de 40,9% contre 45,7% il y a dix ans. Le célibat touche en moyenne 28,9% des femmes contre 34% en 2004. Le recul du célibat marqué, surtout chez les jeunes, est une inflexion de la tendance observée durant ces dernières décennies, souligne le HCP. La part des femmes célibataires dans la tranche 25-29 ans est en baisse: 32,6% soit 8 points en moins depuis 2004.
    ■ La scolarisation progresse, mais…
    Les «7-12» sont à 94,5% scolarisés, c’est presque 15 points par rapport au recensement de 2004. La progression est plus forte en milieu rural et encore plus chez la fille: leur taux de scolarisation est passé à 93,9% contre 77,5 il y a seulement dix ans. Le nombre moyen d’années d’études des 25 ans et plus s’élève à 4,4. En milieu urbain, cette moyenne est de 5,8 ans en ville et 1,9 dans la campagne.
    Si l’analphabétisme recule (-18,7% depuis 2004), le phénomène reste néanmoins inquiétant: 8,6 millions de personnes ne savent ni lire ni écrire dans le Maroc de 2015. Au niveau national, le taux d’analphabétisme se situe à 32% contre 43% lors du dernier recensement de 2004. Ce sont surtout les femmes qui sont encore largement touchées par l’analphabétisme malgré la progression du taux de la scolarisation: 41,9% contre 22,1%.
    ■ Le parc de logements vieillit: 19,2% des ménages, soit un sur cinq habite dans un logement de dix ans. C’est une conséquence directe de l’accélération de l’accès à la propriété encouragée ces dernières années par des dispositifs de soutien financier. 19,8% en ville et 18% à la campagne. Presque la même proportion des ménages (21%) occupe un logement de plus de 50 ans. Depuis 2004, malgré la production des logements sociaux, on assiste paradoxalement à un vieillissement du parc. La part des logements de moins de 20 ans a baissé de 6 points (de 50 à 44,5%) alors que celle des logements de plus de 20 ans est passée à 57,8% en 2014 contre 49,9 dix ans plus tôt.
    ■ Handicapés et… déscolarisés
    Le nombre de personnes handicapées s’élève à 1,35 million d’habitants, soit 4,1% de la population. Plus de la moitié (50,6%) est âgée de plus de 60 ans, 38,3% dans la tranche de 15-59 ans. 10% ont moins de 15 ans. 73% n’ont aucun niveau d’inscription, voilà qui interpelle les pouvoirs publics, car à l’évidence ces populations sont souvent déscolarisées.

    Le taux d’équipement: Le match villes/campagnes

    n Téléphone portable: En 2014, 94,4% des ménages disposent d’au moins un téléphone portable: 90,1% à la campagne et 96,6% en ville.
    Seul un ménage sur quatre est équipé  d’un ordinateur.  35,8% des ménages urbains et seulement 5,4 dans le rural. En moyenne, 19,4% des ménages ont accès à internet  (probablement via l’ADSL). 27,6% en ville et 3,5% en milieu rural.
    ■  Télévision: le marché est saturé. Plus de 9 ménages sur 10 (92,7%) ont un téléviseur.  85,9% à la campagne et 96,2% en milieu urbain.
    83,7% des ménages sont équipés d’une  antenne parabolique: 71,6% en zones rurales et 90% en ville.
    ■  Mobilité: 18,4% des ménages possèdent une voiture. Voilà qui devrait intéresser les concessionnaires  automobiles et les organismes de financement. Le marché reste encore largement dominé  par la demande de premier équipement. 23,5% en ville et 8,9 dans le rural.

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc