×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Acwa Power compte s’introduire en Bourse

    Par L'Economiste | Edition N°:4625 Le 12/10/2015 | Partager
    Ouarzazate a boosté le portfolio d’actifs international du groupe saoudien
    Un nouveau souffle financier pour soutenir sa croissance, notamment au Maroc

    Déjà attributaire des trois premiers projets du Programme solaire marocain (PSM) à Ouarzazate, l’industriel saoudien ne compte pas s’en arrêter là. Il serait en lice pour les pré-qualifications de la phase photovoltaïque du PSM: Noor PV I (170 MW)
     

    S’ouvrir au marché des capitaux pour sécuriser ses assises financières dans l’exécution de ses contrats de construction et de maintenance de centrales…C’est l’objectif que vient de se fixer la compagnie saoudienne.  Le groupe vient d’annoncer son intention de s’introduire à la Bourse saoudienne dès 2016. Les actifs marocains du constructeur lui donnent de la matière pour mener à bien cette perspective. Le groupe est en effet à la tête des deux premières centrales solaires du complexe de Ouarzazate (Noor I et II), parmi les plus grandes du continent. L’attribution de ces projets a sensiblement gonflé le portefeuille d’actifs en construction et développement du groupe, qui s’estime aujourd’hui à quelque 32 milliards de dollars. «Ce montant s’ajoute à un portfolio déjà en exploitation de 15 GW dans les segments de l’eau et de l’énergie, pour une valorisation globale de 27 milliards de dollars», explique-t-on auprès du groupe. Sur ses projets marocains, le groupe saoudien s’est surtout démarqué dans sa capacité à proposer des offres financières parfaitement en ligne avec les objectifs de parité-réseau recherchés, à terme, par Masen. Sur Noor I (160 MW, de thermo solaire à capteurs cylindro-paraboliques), qui devrait entrer en fonction avant la fin de cette année, l’électricité produite par le consortium développeur mené par le groupe saoudien sera commercialisée au tarif de 1,6 dirham/KWh. Ce chiffre sera de 1,36 dirham/Kwh pour Noor II (200 MW en technologie thermo-solaire à capteurs cylindro-paraboliques et 7 heures de stockage), ainsi que de 1,42 dirham/Kwh pour la 3ème centrale (150 MW en thermo-solaire avec une sous-technologie CSP Tour et 7 à 8 heures de stockage). Ces deux dernières centrales devraient être mises en service en 2017. L’objectif d’intégration industrielle sera autour de 35%, supérieur aux 30% prévus pour Noor I.
    Dans la structuration financière envisagée, le développement des centrales se fera selon un schéma IPP (Independent Power Producer). «Ce qui permettra une allocation optimale des risques entre les différentes parties prenantes», explique un cadre de Masen. Ainsi, chacune de ces centrales seront construites, gérées  et exploitées par des sociétés de projet codétenues par les divers consortia d’Acwa Power (75%) et Masen (25%), via sa filiale Masen Capital S.A.
    Safall FALL
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc