×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

L’Amim accueille
une nouvelle génération de taupins

Par L'Economiste | Edition N°:4598 Le 01/09/2015 | Partager
Une vingtaine de Marocains inscrits à la prestigieuse école française
Deux types de bourses octroyées

Chaque année l’Amim réunit ses membres  pour souhaiter la bienvenue aux nouvelles recrues des écoles des mines. Ici, Saïd Ahmidouch, président de l’Association, en compagnie de la promotion 2015 et des plus anciens taupins.

Et rebelote pour une nouvelle promotion, à l’Association marocaine des ingénieurs des mines (AMIM), de diplômés des écoles nationales supérieures de Paris, Nancy et Saint-Etienne! Ils sont une vingtaine de Marocains à intégrer les différentes écoles des mines et à faire partie de l’Amim. Parmi les futurs taupins, des profils très hétéroclites: du débutant, au confirmé, à celui qui a dépassé les 30 ans de fonction, tout y est. Du plus ancien: Driss Tarari, aujourd’hui président-directeur général de la Société chérifienne d'engrais et de produits chimiques (SCE), faisait partie de la promotion 1964 de l’école des mines de Nancy. Autre profil d’un futur ingénieur en herbe: Anas Ilhami. En première année à Paris, il ne compte pas s’arrêter là. En effet, dans le cadre d’un échange entre établissements, le jeune étudiant réalisera un semestre au California Institute of Technology, communément appelé Caltech. Mais il y a aussi les jeunes recrues. Encore timides, ils n’ont pas l’assurance ni la facilité verbale des plus anciens, mais cela ne saurait attendre. Abderrahman Skiredj, 20 ans, sort de deux ans de prépa à Moulay Youssef de Rabat, comme la plupart de ses camarades admis en France. Il intégrera l’école des mines de Nancy. Réda Aarab (18 ans) sort aussi de deux années préparatoires de Moulay Youssef. Il a été admis à Saint-Etienne. Issus de prépas marocaines, pour la plupart, ils ont tous demandé une bourse. Deux leur sont proposées: la première, une bourse d’excellence, octroyée par l’Etat français. Celle-ci s’élève à plus de 600 euros par mois et dispense les élèves des frais d’inscription. Quant à la bourse marocaine, elle récompense le mérite avec 56.000 DH par an/étudiant. Avant d’être admis et inscrits dans les différents établissements d’élites, les étudiants en prépa ont eu droit à des formations dédiées aux concours ou encore des billets d’avion gratuits pour pouvoir passer les oraux en France. Pour célébrer cette promotion, l’Amim s’est rassemblée le 25 août dernier, dans le but d’accueillir ses nouvelles recrues, futurs élèves de grandes écoles françaises. Parallèlement au cursus et même après, l’Amim les accompagne afin de leur faciliter l’insertion dans le marché professionnel marocain. Selon Mourad Chérif, ancien DG de l’OCP et ministre des Finances, l’association compte des membres dans tous les secteurs porteurs. De surcroît, l’Amim grandit de jour en jour: «Nous avons un réseautage de près de 350 membres qui organisent des conférences, voyages et autres rencontres de ce type, qui aideront les jeunes diplômés à tisser des liens avec les anciens membres», explique Saïd Ahmidouch, président de l’Amim et directeur général de la CNSS. Si ces anciens membres sont présents au Maroc, tous ne sont pas revenus. D’ailleurs un clin d’oeil a été fait à ce sujet par Driss Tarari: «Quand vous aurez vos diplômes, n’oubliez pas le Maroc!». 
Sabrina EL-FAÏZ
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc