×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Finances-Banques

«Nous nous attendons à des résultats sous pression en 2015»

Par L'Economiste | Edition N°:4584 Le 07/08/2015 | Partager

 Pour Solena Gloaguen, analyste chez Fitch Ratings, la mollesse de la croissance économique pèse sur la demande de crédits bancaires
 

- L’Economiste: En quoi votre opinion sur les banques marocaines a-t-elle changé depuis fin 2014?
- Solena Gloaguen:
Le niveau des provisions passées par les banques marocaines à fin 2014 est supérieur à ce que nous avions anticipé en cours d’année. Notamment, de par un secteur PME toujours fragile et impacté par la faible croissance économique en Europe – 1er partenaire économique du Maroc. Nous jugeons que l’absence de croissance économique forte au Maroc – particulièrement dans le secteur non agricole - a pesé sur la demande de prêts bancaires et sur le coût du risque des banques marocaines.
- Que faut-il attendre des résultats du premier semestre 2015?
- Nous nous attendons à des résultats sous pression en 2015 en l’absence de reprise de la demande pour les prêts bancaires notamment de la part des PME/Corporates au Maroc. Contrairement à 2014, nous ne nous attendons pas à ce que les trois grandes banques marocaines bénéficient en 2015 des revenus additionnels générés par la baisse des taux d’intérêts sur leurs portefeuilles de bons d’état. Le coût du risque devrait quant à lui rester relativement stable par rapport à 2014. Les résultats des grandes banques marocaines devraient également continuer à bénéficier de la forte rentabilité de leurs activités en Afrique sub-Saharienne.
- Quels sont les risques majeurs pour le secteur à court terme?
- Au Maroc, la forte concentration des encours par emprunteur, la fragilité des PME ainsi que le sous provisionnement de certains dossiers restent nos principales préoccupations.
L’environnement économique, voire politique, en Afrique sub-Saharienne demeure également une source de risques pour les trois grandes banques marocaines.
Ces risques n’auraient pas d’impacts sur les notes long-terme des banques notées par Fitch dans la mesure où ces banques sont notées sur le soutien potentiel de l’état.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc