×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Evénement

Le chômage décroche…légèrement

Par L'Economiste | Edition N°:4583 Le 06/08/2015 | Partager
Il passe de 9,3 à 8,7% au deuxième trimestre
L’effet des activités non agricoles
38.000 emplois nets créés

Léger repli du chômage au 2e trimestre. Le taux au niveau national s’est établi

Au 2e trimestre, la création de l’emploi est une affaire urbaine. La ville a ainsi contribué à la création de 65.000 postes via les services, 3.000 dans l’agriculture et 2.000 dans l’industrie et l’artisanat. Le milieu urbain a également permis la création de 2.000 postes dans les BTP. En revanche, le monde rural a perdu 34.000 emplois nets
 

à 8,7% contre 9,3% un an auparavant, relève la dernière note du HCP. Et ce n’est pas l’effet de la campagne agricole. Au contraire, le monde rural a enregistré des pertes d’emplois dans l’activité  agricole estimées à 61.000 postes. Ce qui est dû probablement aux arrêts de cueillettes d’agrumes et primeurs qui interviennent vers fin mai. L’effet de la saisonnalité impacte le volume. La situation devrait donc s’inverser lors du 3e trimestre avec les moissons des céréales et légumineuses ainsi que les labours d’été.
 Fait marquant, l’industrie (y compris l’artisanat), le BTP et le commerce créent désormais l’emploi en milieu rural. Cela tient à la création d’unités de transformation de produits agricoles (olives, produits de terroir et maraîchage)  dans plusieurs régions. De même, plusieurs projets de barrages sont en cours de réalisation. Sans oublier la construction de logements qui est le fait exclusif des ruraux. Au total, le nombre d’emplois créés dans ce cadre s’élève à 34.000 dont 14.000 par le BTP, 12.000 par l’industrie et un millier par les services.
Excepté le secteur de l’agriculture, forêt et pêche, toutes les autres activités ont vu leur volume d’emplois augmenter. Le secteur des services a créé 66.000 postes contre une moyenne annuelle de 52.000 au cours des trois dernières années. Et c’est le commerce de détail, hors grande distribution, qui en est le principal pourvoyeur. Il a contribué pour près de moitié: 31.000 postes de travail. Le secteur des BTP n’est pas en reste.

Même si la contribution de l’agriculture et pêche a été négative, le taux de chômage lors du 2e trimestre a amorcé une tendance à la baisse. Elle reste encore éloignée de la situation en 2012, année qui avait enregistré une bonne campagne agricole
 

Il a contribué pour 16.000 emplois, dont l’essentiel en milieu rural, alors que son score annuel ne dépassait guère les 3.000 postes sur les trois dernières années.
Le secteur de l’industrie y compris l’artisanat a amélioré sa création de 1,2% par rapport au 2e trimestre 2014. Le nombre d’emplois créés s’est établi à 14.000 postes contre 4.000 comme moyenne annuelle des trois dernières années. 
Sur ces bases, le nombre de demandeurs d’emploi a atteint 1,041 million de personnes, en repli de 6,6% par rapport à la même période de 2014. La baisse des chômeurs a touché 54.000 personnes en milieu urbain et 19.000 en milieu rural. (Voir infographie ci-contre). Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les jeunes âgés de 25 à 34 ans (1,5 point) et les personnes ayant un diplôme moyen (certificat de l’enseignement primaire, secondaire collégial). En revanche, le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans a enregistré une hausse de  2,2 points en milieu urbain et 0,2 point en milieu rural. C’est la frange qui affiche le plus fort taux de chômage, même pour les porteurs de diplômes moyens: 13,8%. Un taux qui passe à 20,8% pour les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur.
 Au total, l’économie nationale a créé 38.000 emplois nets. Le volume global  est ainsi passé de 10,891 millions de postes à fin juin 2014 à 10,920 millions au terme du premier semestre 2013.

 

Profil des chômeurs au 2e  trimestre

Plus de 8 chômeurs sur 10 sont des citadins et 2/3 sont âgés de 15 à 29 ans. Parmi cette dernière frange, les détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur prédominent à hauteur de 31%. A noter également que la  moitié des chômeurs sont des primo-demandeurs d’emploi et les deux tiers chôment depuis plus d’une année. Et près du quart sont en chômage suite à un licenciement ou un arrêt d’activité de l’établissement employeur. S’ajoute également la population découragée par la recherche sans résultat d’un emploi. L’effectif est estimé à 52.000 personnes.

A.G.

 
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc