×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    «Tanger-Métropole» transformera le détroit

    Par L'Economiste | Edition N°:4569 Le 15/07/2015 | Partager

    Tanger-Métropole se caractérise par son budget élevé, il est de trois fois supérieur au précédent et dix fois supérieur à celui d’avant

    Dans quelques jours, les premiers projets du programme de développement urbanistique de la ville de Tanger, Tanger-Métropole, devront entrer en service. Ce programme, qui se veut intégré et global avec diverses composantes, est arrivé à un moment où le développement de la ville de Tanger et de sa région a atteint son plus haut niveau depuis des décennies, permettant à la capitale du détroit de dévoiler l’ensemble de son potentiel.
    Il était temps. Tanger en avait besoin. Avant le lancement de ce programme par le Roi en 2013, la ville souffrait d’une très nette inadaptation entre sa taille et ses équipements dont certains anachronismes comme une gare routière enclavée au centre-ville, une circulation chaotique et une corniche, principal attrait de la ville, délaissée.
    Tanger-Métropole a apporté une réponse novatrice tant dans son périmètre d’intervention élargi que dans son enveloppe financière. Doté d’un budget de 7,67 milliards de dirhams sur la période 2013-2017, il s’agit bel et bien du plus grand projet du genre à avoir été lancé à Tanger. Il s’agit, selon ses promoteurs, d’un modèle de développement urbain inédit au Maroc et qui devrait remettre Tanger dans la course face à ses rivales de la rive sud de la Méditerranée.
    L’objectif est simple: doter la ville des infrastructures nécessaires pour mieux profiter de son développement enclenché avec le port TangerMed, l’écosystème industriel porté par le secteur automobile et les grands projets d’infrastructure comme le développement du port de Tanger ville ou la ligne de train à grande vitesse.
    Tanger-Métropole est un véritable programme de développement multisectoriel qui s’intéresse à différents volets tels le sport, la culture, l’environnement, l’industrie, le commerce, la voirie, les infrastructures de proximité, la santé, l’éducation, etc. Comme on peut le remarquer, la liste est longue et explique le montant de l’investissement, trois fois supérieur à celui dédié au programme de développement précédent. En plus des nouveaux accès de la ville ou encore les parkings souterrains, le programme de Tanger-Métropole ne manque pas d’apporter son lot de nouveautés. C’est le cas de la mise en place d’une Cité des sports sur une soixantaine d’hectares. Elle regroupe plusieurs terrains de sport allant du tennis au foot, en passant par la pétanque, en plus d’un hôtel et d’un centre commercial dédié au sport, dans ce qui semble une suite au grand stade de Tanger, lancé il y a quelques années.
    En matière d’organisation urbaine, le programme devra apporter plusieurs idées originales. C’est le cas d’une réserve foncière dédiée à l’industrie. Elle est prévue au sud de la ville et devra étoffer le réseau de zones industrielles que compte la région. D’autre part, le programme prévoit le déplacement des industries source de nuisances ou de bruit en périphérie. Ce sera aussi le cas de l’ensemble des services communaux générant des déplacements qui déménageront vers la périphérie. C’est le cas par exemple du marché de gros, de la gare routière et d’autres équipements. Le foncier libéré devra lui aussi être exploité de manière rationnelle dans une ville où les terrains manquent.
    S’agissant de l’environnement urbain, de nouveaux accès vont être créés pour le désengorgement de la ville, dont certains ont déjà été tracés. Ils seront complétés par un périphérique qui reliera la partie atlantique à celle méditerranéenne de la ville, baptisée ‘Rocade des deux mers’.
    Les travaux de la future gare routière devraient démarrer incessamment. Cette dernière, dotée d’un budget de 53 millions de dirhams, sera située au sud de la ville, dans le quartier de Harrarine. Elle prendra place sur une parcelle de 4,6 hectares avec 50 quais pour autocars, un parking pour taxis et pour visiteurs ainsi que des espaces d’accueil. Cette délocalisation permettra de réduire la pression sur les actuelles entrées de la ville de Tanger, via la route de Rabat et la route de Tétouan et surtout d’éviter l’engorgement du rond-point de la Ligue arabe sur lequel donne directement l’actuelle gare. Cette dernière est l’objet de très vives critiques de la part des usagers qui lui reprochent le manque de services adéquats avec des espaces communs où la propreté fait défaut et où il est impossible de trouver une place pour s’asseoir, par exemple, sans parler de l’anarchie qui règne sur les quais faute de contrôle et de suivi
    Tanger-Métropole prévoit, en plus, d’étoffer le réseau routier avec la création d’un troisième axe autoroutier et d’une route côtière, d’élargir des routes provinciales, et de généraliser de larges voies dans les quartiers.

    Mise à niveau urbaine, les programmes s’enchaînent

    Tanger-Métropole arrive comme une suite logique au précédent programme de développement lancé à Tanger sur la période 2009-2013. Malgré un budget plus modeste, il avait fait la part belle aux quartiers périphériques défavorisés avec à leur tête le mythique quartier Bni Makada. 2,46 milliards de dirhams avaient alors été prévus pour la mise à niveau des différents quartiers de Tanger. Près de la moitié de l’investissement prévu avait été dédiée à la commune de Bni Makada, soit 1,2 milliard de DH. Parmi les actions prévues à ce quartier, il y a lieu de citer le ravalement des façades, la remise à niveau de l’éclairage public ainsi que de la voirie de proximité. Pour ce dernier point qui concerne les ruelles et les voies secondaires et tertiaires, il s’agissait de paver ou goudronner l’équivalent de près de 160 kilomètres de long, pour un coût estimé à 400 millions de dirhams, en plus de divers autres investissements.

    Financement: Qui paie quoi pour Tanger-Métropole

    Autorité délégante: 2 milliards de dirhams
    Commune urbaine de Tanger: 1,3 milliard de dirhams
    Ministère de l’Intérieur: 1,2 milliard de dirhams
    Ministère de l’Habitat: 860 millions de dirhams
    Ministère des Finances: 600 millions de dirhams
    Ministère de l’Equipement: 325 millions de dirhams
    Ministère de la Jeunesse et des Sports: 300 millions de dirhams
    Ministère de l’Education nationale: 250 millions de dirhams
    Ministère de l’Energie: 156 millions de dirhams
    Ministère de la Santé: 132 millions de dirhams
    Ministère des Habous et Affaires islamiques: 130 millions de dirhams
    SAPT: 70 millions de dirhams
    ONCF: 60 millions de dirhams
    ADM: 60 millions de dirhams
    Culture: 40 millions de dirhams
    Ministère du Commerce: 15 millions de dirhams
    Eaux et forêts: 5 millions de dirhams
    Bénéficiaires: 160 millions de dirhams

    Ali ABJIOU

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc