×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Où ira l’emprunt obligataire de l’ONCF

    Par L'Economiste | Edition N°:4567 Le 13/07/2015 | Partager
    Triplement de la voie Casablanca-Kénitra, LGV et sûreté
    1,5 milliard de DH à lever du 15 au 20 juillet

    L’emprunt obligataire servira à boucler le financement des quatre projets prévus courant 2015, il s’agit entre autres de : L’augmentation de la capacité Casablanca-Kénitra, La mise à niveau de la ligne Sidi Kacem-Tanger, l’installation de sécurité et l’acquisition du matériel roulant

    Le CDVM a validé les conditions de l’émission obligataire de 1,5 milliard de DH de l’Office national des chemins de fer (ONCF). Conduite par CDG Capital, la souscription s’étalera du 15 au 20 juillet. Les fonds levés seront affectés au financement de la modernisation du réseau et au programme de la Ligne à Grande Vitesse.
    Les quatre projets majeurs concernés sont: Le triplement de la voie sur l’axe Casablanca-Kénitra, la rénovation de la ligne Sidi Kacem-Tanger, l’acquisition de matériel de sûreté et  du matériel roulant (locomotives et voitures). Le budget alloué à ces quatre projets couvrira 46% des investissements programmés pour le reste de l’année.
    L’ONCF entend ainsi diversifier ses sources de financement, en faisant appel aux marchés financiers. La créance de TVA de 3,4 milliards de DH détenue sur l’Etat constitue une forme de garantie à hauteur de 2,4 milliards de DH sur le marché. Ayant déjà eu recours à une émission obligataire en 2011 pour un montant similaire de 1,5 milliard de DH, le groupe sollicite le financement auprès du marché obligataire pour une levée de fonds.
    Le budget prévisionnel du projet LGV prévoyait un montant de 20 milliards de DH. Son coût global de réalisation s’élève après réajustement à 22,9 milliards de DH à fin décembre 2014, soit un dépassement de 12,6%.
    Les budgets d’investissements prévus au titre de l’année 2015 atteindront une enveloppe globale de 7,5 milliards de DH et concernent d’une part, la poursuite des travaux du projet de train à grande vitesse entre Tanger et Kénitra pour une valeur de 4 milliards de DH et, d’autre part, l’exécution du programme de mise à niveau du réseau classique pour une enveloppe globale de 3,5 milliards de DH. Par ailleurs, le projet LGV Tanger - Kénitra serait concrétisé à hauteur de 77% d’ ici la fin de l’année, soit un investissement cumulé de 17,7 milliards de DH.                          

    Le partenariat ONCF/OCP

    La mise en exploitation du pipeline OCP a engendré une baisse du trafic phosphates de l’ONCF induisant un recul du chiffre d’affaires de 2% sur ce segment à 1,7 Milliard de DH en 2014. La convention ONCF/OCP est échue depuis fin 2013, mais les parties poursuivent leur relation commerciale dans les mêmes conditions et tarifs appliqués à cette date. Les négociations sont en cours pour élaborer un nouveau cadre de partenariat portant sur le renouvellement du contrat de transport des phosphates ainsi que la création de nouveaux partenariats sur d’autres domaines d’activité. Un partenariat qui pourrait être accompagné d’une révision des conditions tarifaires.

    A.I.L

                                  

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc