×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Recherche scientifique
    Passerelles entre l’Apebi et l’université

    Par L'Economiste | Edition N°:4567 Le 13/07/2015 | Partager
    Un mémorandum d’entente signé avec l’Enseignement supérieur
    Les projets R&D des entreprises appelés à se développer dans les universités

    L’accord conclu entre l’Apebi (Mohamed Chakib Rifi à droite) et le ministre de l’Enseignement supérieur (Lahcen Daoudi) permettra une intégration entre secteur IT et universités

    «Nous étions désespérés que les PME décident de se rapprocher de la recherche scientifique», précise d’emblée Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Une déclaration faite en marge de la signature d’un mémorandum d’entente entre le ministère de l’Enseignement Supérieur et la Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (Apebi). Un accord conclu le 9 juillet à Rabat. Ce partenariat a pour objectif de promouvoir l’interaction des universités avec leur environnement socio-économique. «Notre pays jouit d’une présence de start-up avides de croissance rapide et durable. Mais aussi de laboratoires de recherches dotés de jeunes chercheurs, thésards et professeurs prêts à collaborer avec le monde extérieur», soutient Mohamed Chakib Rifi, président de l’Apebi.
    A travers cet accord, l’objectif  est de promouvoir la diffusion des IT auprès des établissements universitaires (des conventions en la matière ont été signées avec l’ENSEM et l’ENSAM), encourager les partenariats public/privé dans le domaine de la recherche scientifique ou encore favoriser l’employabilité des jeunes diplômés. Pour réaliser ces objectifs, des axes de collaboration ont été identifiés. Ces axes consistent à  promouvoir l’usage IT au sein des universités, collaborer à l’élaboration d’une offre de formation adaptée au secteur, encourager les entreprises membres de l’Apebi et les associations partenaires à collaborer avec les universités ou encore organiser des workshops autour des outils technologiques. «L’utilité marginale est tout aussi importante que les grands investissements», soutient Daoudi.
    Les deux parties ont également paraphé une convention tripartite (Apebi, Enseignement supérieur et Maroc Numeric Cluster). Elle porte sur l’appel à projets autour de la voiture connectée, portée par Maroc Numeric Cluster. Cet accord a pour objectif de favoriser le développement d’applications mobiles pour la voiture connectée. L’approche adoptée repose sur une plateforme technologique de développement ouverte (Android) qui permettra aux développeurs de mieux répondre aux besoins des utilisateurs de la voiture connectée.
    Ce projet compte sur un budget de 2,4 millions de DH. L’Apebi a par ailleurs signé une convention avec le Centre national de recherche scientifique et technique (CNRST). Un accord qui institue la consultation de l’Apebi pour les thèmes de recherches ayant trait aux technologies de l’information et à l’échange de toute information utile dans les deux sens. Le rapprochement de l’Apebi avec la communauté scientifique permettra aux membres de la Fédération -souhaitant soumettre des projets de R&D- de saisir le comité de gestion qui sera désigné par le ministère et l’Apebi et ce, afin d’élaborer une convention spécifique à chaque projet.
    A. At                               
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      redacti[email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc