×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Reportage

Emballage: «Carton vert» pour Cmcp-International-Paper

Par L'Economiste | Edition N°:4551 Le 19/06/2015 | Partager
90% de sa production du carton ondulé à base du vieux papier
L’entreprise outillée pour répondre aux mutations de l’export des fruits et légumes
1,6 milliard de chiffre d’affaires et 1.300 emplois permanents

 «Le Maroc peut s’adapter, à terme, aux nouvelles tendances du commerce mondial des fruits et légumes», assure

Cette onduleuse, longue de 100 mètres, a une capacité de production de 600.000 m2 de carton ondulé par jour. Elle est totalement automatisée. L’apport du personnel n’est sollicité que pour l’installation des bobines de papier ou l’entretien

Bertrand Laplaud, DG de CMCP-International-Paper. L'urgence de se mettre au diapason avait interpellé les professionels réunis les 29 et 30 mai dernier à Agadir. A tel point qu’elle était perçue comme un nouveau défi imposé à la filière par la grande distribution européenne (cf. Edition du 2 juin 2015). Or, l’utilisation de l’emballage vente est déjà effective pour les marchés américain et canadien. Mais il concerne surtout les agrumes qui sont acheminés dans des emballages de 2 et 3 kilos. «Son extension aux tomates et autres légumes est réalisable dès la prochaine campagne», promet Laplaud. En effet, le groupe dispose depuis l’année dernière d’une onduleuse couplée à une rotative de haute qualité d’impression sur le site d’Agadir. La région concentre l’essentiel de l’export des primeurs et divers fruits et légumes. A Casablanca, une autre onduleuse non moins sophistiquée est également adossée à une rotative de haute qualité d’impression.
Dans son unité casablancaise, tout le matériel a été rénové. Ce qui frappe le plus, c’est le processus de l’ondulation. Que ce soit à 3 ou à 5 couches, le système est totalement automatisé sur les 100 mètres que mesure l’onduleuse. L’intervention de l’élément humain se limite à l’installation des bobines du papier. Et les volumes sont impressionants: 400.000 m2 de carton ondulé par jour. Ceci, rien qu’avec 2 postes sur les 3 que compte la chaîne. Car, la capacité totale installée permet une production de 600.000 m2.
Après chauffage, collage, presse et découpe, les plaques du carton passent à l’impression. Le procédé est

L'entreprise valorise le papier usé. Sa production du carton ondulé provient à hauteur de 90% du recyclage du vieux papier. Le reste est assuré par les fibres vierges de forêts gérées sainement: pas de coupe rase. Le tout provient des Etats-Unis, du Canada et de Scandinavie

«personnalisé», selon la clientèle: étiquetage du produit, marque, logo et coordonnées de l’entreprise. La préparation des colis palettisés à livrer aux clients est également automatisée.
Depuis le rachat du CMCP (Compagnie marocaine des cartons et papiers) en 2007, l’entreprise s’est inscrite dans une logique d’investissement ciblant la mise à niveau des outils de production: «En moyenne annuelle, 61,5 millions de DH», précise le DG du groupe.
Ces investissements ont porté sur l’acquisition et la mise en place de nouvelles machines pour améliorer et renforcer la production sur l’ensemble des sites. Le dernier en date concerne l’acquisition d’une nouvelle onduleuse pour l'unité d’Agadir avec un montant de 55,6 millions de dirhams. Sur sa papeterie de Kénitra, CMCP-International-Paper a engagé un investissement de l’ordre de 50 millions de DH pour l’installation d’une station de traitement des eaux usées.
Le souci de sauvegarde de l’environnement est aussi présent au niveau de la production, assurée à 90% à partir du recyclage du papier usé. «Le reste provient de fibres vierges de forêts bien gérées, notamment de la maison mère, du Canada et de Scandinavie). La démarche a valu à l’entreprise d’être distinguée par le label environnemental, «Forest Stewardship Concil». L’entreprise accapare en effet 70% du marché du vieux papier (ramassé à l’intérieur ou importé). Avec l’économie d’eau et d’énergie, l’entreprise a nettement amélioré sa compétitivité.  
Le site de Kénitra a développé un procédé qui lui permet d’utiliser l’eau industrielle à la place de l’eau fraîche, réduisant ainsi sa consommation de moitié. La consommation d’énergie a été également réduite de 30%. Sans oublier la limitation des rejets polluants en milieu naturel.
Aujourd’hui, le groupe dispose de 2 caisseries totalisant une production annuelle d’environ 160. 000 tonnes de carton et 7 unités de montage de plateaux. Il emploie 1.300 personnes et son chiffre d’affaires annuel s’élève à 1,6 milliard de DH.
L’essentiel de l’export, soit les deux tiers, est réalisé indirectement via l’emballage fourni à l’agroalimentaire, en particulier le segment des fruits et légumes. Pour ce secteur, le groupe est considéré comme l’un des premiers partenaires.
L’entreprise exporte également une bonne partie de ses plateaux sur le Canada et  la Russie. L’Afrique de l’Ouest figure

L’empilage et la palettisation des plaquettes du carton ondulé sont également entièrement automatisés. Il en est de même de l’impression des emballages dont les formats peuvent varier selon la demande

aussi parmi ses clients. Le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont acheté l’année dernière pour 200 millions de DH.  
Sur le marché local, l’entreprise fournit de l’emballage transport et de vente à toute une panoplie de produits alimentaires: sucre, huile végétale, boissons, jus…    
Si le groupe offre actuellement une large gamme de produits de qualité, en partant du carton simple ou classique aux différents grammages, formes ou coloris, c’est grâce à ses performances techniques. Sans oublier qu’il reste adossé au géant mondial, International-Paper qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 25 milliards de dollars et emploie 60.000 personnes à travers le monde.

 

La quête de l’innovation 

Durant son processus de développement, CMCP-International-Paper place la qualité au cœur de ses priorités stratégiques. L’entreprise ne cesse d’innover et de mettre en place des solutions d’emballage adaptées aux exigences du marché. Elle dispose de services qualifiés en R&D sur l’ensemble de ses sites  et fait aussi appel à des bureaux d’études dédiés. De plus, l’entreprise bénéficie  des avancées de sa maison mère, International Paper, leader mondial dans le domaine de l’emballage. C’est d’ailleurs grâce à ces atouts que l’entreprise a pu se hisser au 1er rang des fabricants des emballages en carton ondulé au Maroc..

A.G

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc